Little Simz: une Amazone prête au combat contre tous les sexismes

71vZ20eb+vL._SS500_

C’était il y a quatre ans : on découvrait à Forest National, en première partie de Gorillaz, une petite rappeuse londonienne surprenante, aussi dynamique que pétillante, aux humeurs slam et soul qui n’étaient pas sans rappeler son idole autoproclamée : Lauryn Hill. Aujourd’hui, la chanteuse (et actrice) nous offre un quatrième album somptueux, qui s’est donné les moyens – sur son propre label – pour se confier aux travers de chansons très personnelles. Rien que l’ouverture symphonique – entre John Barry et John Williams – vaut le déplacement. Suivent des titres forts, foncièrement soul, orchestrés de mains de maître(sse). Son flow en impose, celui d’une jeune femme noire qui n’a pas sa langue en poche, s’aventurant dans la confidence comme dans la dénonciation. Le magistral « Introvert » parle autant de frustration que de révolte. La violence de la société et l’inquiétude qui découle de ces derniers mois se transforment, chez Little Simz, en déclarations fortes et graves, celles d’une Amazone prête au combat contre tous les sexismes. Au chaos, Simz, entourée d’Inflo, de Cleo Sol, d’Obongjayar et même de l’actrice Emma Corrin (cf. The Crown), répond par un message puissant et radical.

Aga 101-V2.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous