Accueil

Mathieu Amalric, réalisateur de six longs-métrages entre 1997 et 2017

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 2 min

Mange ta soupe (1997)

Un fils rend visite à sa mère, critique littéraire excentrique. Pour son premier long, tragicomédie burlesque sur les rapports mère-fils, Amalric écrit avec Pascale Ferran et se sert d’éléments autobiographiques.

Le stade de Wimbledon (2001)

Amalric transforme le héros du roman de Daniele Del Giudice en femme pour sa compagne Jeanne Balibar et la filme en quête d’un écrivain, mort sans avoir jamais rien publié, de Trieste à Londres.

La chose publique (2003)

Mise en abyme de sa propre situation. Un réalisateur reçoit une commande d’Arte et place son intrigue dans le monde politique. Peu avant le tournage, sa femme lui annonce qu’elle a rencontré quelqu’un…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs