Accueil Économie Consommation

Energie: les prix de l’électricité explosent en septembre

L’absence de vent réduit la production éolienne . La tension sur le marché ne se résorbe pas.

Temps de lecture: 2 min

Les prix de gros de l’électricité ont atteint de nouveaux records ces derniers jours. Lundi, le prix pour livraison le lendemain était en moyenne de 130 euros par MWh et ce mardi, il atteignait encore plus de 126 euros. Ces niveaux sont 2,6 fois plus élevés qu’à la même période l’an dernier. « Chaque jour de septembre, nous voyons des prix qui sont des records pour un mois de septembre », résume Matthias Detremmerie, courtier pour le fournisseur d’énergie Elindus.

La météo actuelle, marquée par une quasi-absence de vent, réduit à peau de chagrin la production éolienne. De plus, les jours commencent à raccourcir, ce qui signifie que les pics de consommation du matin et du soir ne sont pas couverts par la production photovoltaïque, imposant de recourir aux moyens de production plus classiques. Cette électricité est particulièrement onéreuse en raison d’une combinaison de facteurs : cours du CO2 à des niveaux records, prix du gaz au plus haut… Enfin, certaines centrales en Europe sont actuellement indisponibles car à l’entretien en vue de l’hiver.

Les prix élevés sur les marchés de gros auront des conséquences sur la facture énergétique des ménages. La Creg, le régulateur du secteur énergétique, a d’ailleurs averti fin août que les ménages qui ont des contrats variables pourraient voir leur facture gonfler de 133 euros par an en moyenne.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Lambert Jean-Paul, jeudi 9 septembre 2021, 12:21

    Engie en consort relayé par le soir , font croire n'importe quoi à n'importe qui. La production d'électricité provient à 46,6 % du nucléaire: ensuite 30,3 % pour les centrales à combustibles fossiles (surtout gaz : 27,5 % et charbon : 2,7 %) puis vient les 22,7 % des énergies renouvelables (éolien : 10,2 %, biomasse : 4,4 %, ensuite le solaire : 4,2 %, déchets : 2,6 %, hydraulique : 1,3 %). C'est donc la production des 22,7 % qui a provisoirement diminuée mais pas arrêtée qui fait cet énorme flambée des prix. Beaucoup de mou du bulbe ici.

  • Posté par Baeyens Remi, mercredi 8 septembre 2021, 12:13

    Décidément Eole n'est pas au RV des écolos. Sorry, nous sommes encalminés. Nous ne pouvons pas vous opérer, attendons que le vent se lève si vous survivrez. Les énergies 'classiques' ne sont pas des compléments aux éoliennes et au solaire mais la colonne vertébrale du réseau électrique avec une base solide qui est le nucléaire. L' énergie électrique est indispensable à notre société moderne et doit donc être fiable et performante et ne doit pas être l'enjeu d'une idéologie.

  • Posté par VINCENT Patrick, mercredi 8 septembre 2021, 7:47

    Et on veut nous imposer les véhicules électriques tout en arrêtant les centrales nucléaires : MERCI ECOLO!

  • Posté par Staquet Jean-Marie, mercredi 8 septembre 2021, 7:42

    Théorie du complot. Tout ça n'existe pas. Fantasme d'estrèmedrouate.

  • Posté par Chalet Alain, mardi 7 septembre 2021, 21:03

    Au lieu de la réduire, il faut augmenter la part du nucléaire.

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb