Coronavirus - Bientôt des vaccins pour tous, assurent les acteurs du secteur

Le seuil de 7,5 milliards de doses de vaccins produits sera franchi au mois de septembre, a souligné Thomas Cueni, le directeur de la Fédération internationale de l'industrie pharmaceutique (IFPMA), lors d'une conférence de presse, mardi.

Désormais, selon la société d'analyse de données scientifiques Airfinity, 1,5 milliard de doses sont fabriquées chaque mois. A titre de comparaison, la production mondiale de vaccins avant la pandémie était de 3 à 5 milliards de doses.

D'ici à la fin 2021, la production mondiale de vaccins contre le Covid devrait atteindre 12 milliards de doses. Et même si les pays occidentaux mettent en place des campagnes de rappels et une vaccination pour les plus de douze ans, il restera au moins 1,2 milliard de doses disponibles pour la redistribution, selon Airfinity.

"Cela signifie que les gouvernements qui gardent toujours des stocks de doses en cas de pénurie n'ont plus besoin de le faire", a souligné M. Cueni.

Si des campagnes de vaccination de grande ampleur ont lieu dans les pays occidentaux, où parfois plus de 70% de la population a reçu deux doses, seuls 6% des Africains adultes ont été totalement immunisés contre le Covid-19. 

Dans ces conditions, les acteurs du secteur disent appeler de leurs voeux des partenariats avec les gouvernements pour aider à déployer les campagnes de vaccination.

En tout, d'ici à mi-2022, la production totale de vaccins devrait atteindre 24 milliards de doses, selon l'IFPMA, qui juge que la production pourrait dépasser la demande mondiale.

Quant à la question de la levée des brevets sur les vaccins, réclamée par nombre d'ONG, elle ne règlerait rien, jugent les industriels. "Pour l'instant, la question est d'optimiser les capacités existantes de production de vaccins par les gens qui savent les produire. Si cela nous prend 18 mois d'augmenter nos capacités dans des usines qui existent (...), cela prendra beaucoup plus longtemps pour d'autres entreprises. Cela n'aide pas", a ainsi jugé Paul Stoffels, directeur scientifique de Johnson & Johnson.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous