Australie: la justice rend les médias responsables des commentaires sur leur page Facebook

PHOTONEWS_10938783-001

La Haute Cour d’Australie a rendu une décision historique en matière de diffamation, considérant que les sociétés de médias sont « éditrices » de publications postées par des tiers sur leurs pages Facebook, les rendant responsables des commentaires diffamatoires rédigés par leur audience.

La Haute Cour d’Australie a rejeté mercredi un appel introduit par les plus grands journaux du pays, dont The Sydney Morning Herald et The Australian.

Un ancien détenu, Dylan Voller, résident dans le Territoire du Nord, a poursuivi en justice les sociétés de médias devant la Cour suprême de l’Etat de Nouvelles-Galles du Sud au sujet de commentaires postés sur leurs pages Facebook par d’autres utilisateurs.

Mais l’affaire était dans l’impasse au sujet d’un différent sur la question de savoir si les médias devaient être considérés comme les éditeurs des commentaires, qui, selon Voller, le diffamaient, rapportent les médias locaux.

La Cour suprême a affirmé que les entreprises faisaient valoir qu’elles « se contentaient d’administrer une page Facebook publique sur laquelle des tierces parties publiaient du contenu ». Elles ont présenté un appel suggérant qu’elles étaient davantage « l’équivalent d’un fournisseur de papier pour un propriétaire de journal ».

Mais la Cour suprême a abondé dans le sens de la cour d’appel, affirmant que les sociétés agissent « en facilitant, encourageant et donc assistant la publication de commentaires » par des utilisateurs de Facebook, ce qui les rend « éditrices de ces commentaires ». La Cour a décidé que les appels « devraient être rejetés avec dépens ».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous