Où, quand et pourquoi? Tout ce qu’il faut savoir sur le pass sanitaire à Bruxelles

PHOTONEWS_10938384-020 (1)
Photo News.

Le pass sanitaire pourra être exigé, pour les plus de seize ans, dans une série de lieux, à Bruxelles.

Qu’est-ce que le pass sanitaire ?

Ce sésame – obtenu après une double vaccination et le délai d’attente prescrit, ou un test PCR négatif, ou un rétablissement de covid, il y a moins de six mois – peut déjà être réclamé lors des événements de masse, soit plus de 200 personnes en intérieur, plus de 400 en extérieur. Cette mesure concerne les plus de 12 ans, jusqu’au 30 septembre, dans tout le pays. Le dernier Comité de concertation a décidé de prolonger la mesure à partir du 1er octobre, cette fois pour les rassemblements de plus de 500 personnes en intérieur, 750 en extérieur.

Les raisons de son utilisation

Le taux de vaccination à Bruxelles est faible comparé à la Flandre et à la Wallonie. Un problème que les autorités bruxelloises tentent de résorber en vaccinant un maximum de monde dans la capitale. La semaine dernière, 9.900 premières doses ont été injectées à Bruxelles. C’est 600 de moins que la semaine précédente. Et loin de l’objectif hebdomadaire de 16.000 que s’était fixé la Cocom.

Aujourd’hui, la priorité est clairement mise sur les plus jeunes : les infections augmentent toujours plus à Bruxelles que la moyenne belge, et plus significativement chez les 10-19 ans. Et le taux de vaccination des plus jeunes reste dramatiquement bas dans la capitale : 38 % des 18-24 ans sont entièrement vaccinés (contre 81 % en Flandre, 68 % en Wallonie). Chez les 12-17 ans, c’est le cas pour seulement 18 % (69 % en Flandre, 51 % en Wallonie). Une solide alerte pour les rentrées scolaire et académique.

Utilisation dans certains lieux

Dans l’horeca, les installations de sport et de fitness, les discothèques et salles de danse, les foires commerciales et lieux de conférence, les installations d’événements culturels, récréatifs, festifs, il sera d’application dès le 1er octobre. Pour les événements de masse, les hôpitaux et maison de repos, il sera exigé dès 12 ans.

Quid de la Flandre et de la Wallonie

Aucune des deux Régions ne prévoit, pour l’heure, d’y recourir. Une annonce qui ne ravit pas la fédération bruxelloise des restos et des cafés qui dénonce le risque de voir filer les clients vers la Flandre et la Wallonie. Elle refuse d’appliquer des contrôles. Pour Fabian Hermans, président de la Fédération Horeca Bruxelles, « c’est une catastrophe ». « Le contrôle de nos clients, c’est aux pouvoirs publics de s’en charger. Nous n’avons pas vocation à jouer aux forces de l’ordre. Le gouvernement n’a qu’à prendre ses responsabilités. Nous, nous n’effectuerons pas de contrôles. »

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous