Le pass sanitaire d’application à Bruxelles «si les chiffres empirent», déclare Alain Maron

B9728242923Z.1_20210908103721_000+GRGISRII1.1-0

L’élargissement du coronapass dans la capitale ne sera appliqué que si la situation épidémiologique et le nombre de contaminations devait sérieusement se dégrader, a indiqué mercredi le ministre bruxellois de la Santé, Alain Maron (Ecolo) au lendemain d’un accord intervenu entre fédéral et entités sur le Covid Safe Ticket. « Nous introduirons le coronapass si et seulement si la situation épidémiologique se détériore sérieusement. Et si et seulement si nous pouvons de la sorte éviter de devoir fermer certains secteurs et activités », a commenté le porte-parole du ministre.

Rien ne permet d’affirmer à ce stade que ce coronapass sera appliqué dès le début du mois d’octobre à Bruxelles. « Il doit d’abord y avoir des débats au Parlement et les ordonnances doivent aussi être rédigées », ajoute-t-on au cabinet Maron. Bruxelles est sensiblement en retard en matière de vaccination par rapport aux autres Régions. Le but du coronapass n’est pas d’encourager la vaccination dans la capitale, « mais bien de protéger le secteur horeca et des sports ». « Si la vaccination accélère, tant mieux, mais nous voulons surtout éviter de nouvelles fermetures », selon ce porte-parole.

Le ministre-président Rudi Vervoort souligne aussi que l’introduction du pass n’est pas encore une certitude. Mais, « les chiffres ne sont pas bons. Nous devons donc avoir ce moyen à disposition ». Si le coronapass est introduit, il appartiendra alors aux exploitants horeca de contrôler les clients lors de leur arrivée dans leur établissement, précise M. Vervoort.

Dès 16 ans

Fédéral, Régions et Communautés ont finalisé mardi les termes d’un accord de coopération étendant l’usage, sur le territoire belge, du Covid Safe Ticket (CST).

Ce pass – qu’on obtient après une double vaccination et le délai d’attente prescrit, ou un test PCR négatif, ou un rétablissement de covid il y a moins de six mois – était déjà obligatoire pour pouvoir assister à des événements de masse aux plus de 12 ans, dans tout le pays.

En pratique, le texte de l’accord négocié ces derniers jours prévoit que le pass sanitaire pourra être imposé aux plus de 16 ans, par une Région, dans une série de secteurs: l’horeca, les installations de sport et de fitness, les discothèques et salles de danse, les foires commerciales et lieux de conférence, les installations d’événements culturels, récréatifs, festifs.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous