Accueil

Comeos dénonce une mesure «aberrante»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 1 min

« Nous allons devoir une nouvelle fois pallier les insuffisances de l’Etat », déplore Dominique Michel, patron de Comeos, qui fédère (notamment) les chaînes de restauration. Selon lui, les pouvoirs publics ont raté non seulement les contrôles de retour de vacances mais aussi la vaccination à Bruxelles, malgré l’aide proposée par le commerce organisé. « Et voilà, il est maintenant question d’imposer le CST à l’horeca. Cela n’a aucun sens, » estime Dominique Michel qui dénonce « l’aberration de devoir contrôler les clients d’un snack le temps de leur consommation sur place, alors qu’il y a beaucoup plus de risques dans une rame de métro. »

En conséquence, estime le CEO de Comeos, « il aurait mieux valu imposer la vaccination à des groupes cibles, voire à toute la population, plutôt que de transformer des gérants de restos en super-flic. Car malgré le CST, il y a aura toujours des abus possibles de la part de clients non-vaccinés. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs