Accueil Belgique Politique

Assassinat d’André Cools: la justice italienne a refusé l’extradition de Cosimo Solazzo

Il avait été condamné.

Temps de lecture: 2 min

La justice italienne a refusé l’extradition de Cosimo Solazzo, a indiqué jeudi le parquet général de Liège. Cosimo Solazzo (73 ans) avait été condamné par défaut à une peine de 20 ans de prison en 2004 lors du procès de l’assassinat du ministre d’Etat André Cools. La tenue d’un quatrième « procès Cools » n’est pas envisageable actuellement.

Le parquet général de Liège indique qu’il a pris connaissance avec retard de la décision de la cour d’appel de Lecce (Italie) de refuser l’extradition de Cosimo Solazzo. Cette décision de la justice italienne est devenue définitive le 14 décembre 2020.

« La cour d’appel Italienne considère principalement qu’il n’existe pas de garanties suffisantes que Monsieur Solazzo, s’il était extradé, pourrait recevoir des traitements diagnostiques, thérapeutiques et alimentaires adéquats et continus, requis par les pathologies graves et chroniques dont il souffre et qui, si elles ne sont pas traitées, pourraient avoir des conséquences exceptionnellement graves pour sa santé », indique l’avocat général Jean-Baptiste Andries pour le parquet général de Liège.

Cosimo Solazzo ne sera donc pas remis aux autorités belges. La décision de la justice italienne a pour conséquence que la tenue d’un quatrième « procès Cools » en Belgique n’est actuellement pas envisageable. « Cette possibilité ne sera cependant définitivement exclue qu’après la prescription de la peine », indique le parquet général de Liège.

Cosimo Solazzo n’avait pas assisté à son procès devant la cour d’assises de Liège, car il avait pris la fuite en Italie lors de l’été 2003. Il avait été condamné par défaut à une peine de 20 ans de prison. Un mandat d’arrêt européen avait été délivré contre lui.

Cosimo Solazzo avait été arrêté en Italie en avril 2020. La justice belge était tributaire de la décision de la justice italienne de l’extrader avant de le rejuger lors d’un éventuel quatrième procès.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 10 septembre 2021, 15:40

    La justice est trop lente. Et la tendance actuelle de vouloir allonger les délais de prescription ou même de définir des crimes imprescriptibles est épouvantablement néfaste, car elle va à l'encontre de toute la philosophie historique de la justice. Mais nos "progressistes" pensent toujours inventer le monde parfait en 5 minutes, avec pour résultat qu'ils détruisent tout sans rien mettre de valable à la place.

  • Posté par Delronge Marc, vendredi 10 septembre 2021, 15:33

    Logique. Nos prisons étant digne de "Midnight Express".

  • Posté par HERMAN Romuald, vendredi 10 septembre 2021, 0:43

    Ou comment, dans ce pays de merde situé dans une Europe plus merdique encore, on s’en sort mieux après avoir assassiné quelqu’un avec préméditation (il y a prescription Madame) qu’en se faisant flasher à 140 km/h sur une autoroute (paie, chien de contribuable !). Ou comment aussi la « justice » italienne s’inquiète pour la santé d’un criminel alors que la victime, comme d’habitude, on s’en fout. Avocats, juges, politicards, grands personnages et grandes fortunes de ce monde… quelle racaille ! Ils sont pires que les meurtriers qu’ils s’ingénient à défendre.

  • Posté par eric biltiau, jeudi 9 septembre 2021, 22:45

    Si c'est ainsi que la "justice" est rendue dans ce dossier, je n'ose imaginer ce qu'il en sera dans le procès des attentats de Paris.....

  • Posté par epictete epictete, jeudi 9 septembre 2021, 12:09

    Tout ce foutoir pour un réglement de compte entre mafieux...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs