Le procès de Jérôme Boateng pour violences conjugales est ouvert: de lourdes accusations

@News
@News

En costume sombre et chemise blanche, le joueur star de 33 ans, ancien du Bayern Munich et champion du monde 2014, est arrivé comme prévu pour l’ouverture de l’audience à 10h00 locales, a constaté une journaliste de l’AFP-TV. Il était accompagné de son avocat Kai Walden.

Anne Leiding, porte-parole du procureur de Munich, a pris la parole pour résumer les faits contenus dans l’acte d’accusation : « M. Boateng a d’abord lancé sur (la victime) une lanterne, il l’a manquée, il l’a injuriée et lui a lancé une boîte isotherme qui l’a touchée à la partie supérieure droite du corps, particulièrement au bras, ce qui l’a blessée », a-t-elle décrit.

« Il s’est ensuite éloigné, puis il est revenu vers elle, il l’a de nouveau injuriée, frappée, et tirée par le bras », a poursuivi la porte-parole, tout en précisant que ces éléments relevaient uniquement de l’accusation, et que les débats jeudi devraient « faire la lumière (…) pour savoir si tout cela correspond à la réalité ou non ».

La peine maximale encourue est de cinq ans de prison. Un jugement pourrait être rendu dès jeudi.

Selon la presse allemande, les faits se sont déroulés dans un hôtel des Maldives, où Boateng passait ses vacances en juillet 2018 juste après la piteuse élimination de l’Allemagne au premier tour du Mondial de football en Russie.

Drame privé

L’un des enjeux indirects du procès pourrait aussi être la garde de leurs deux jumelles de dix ans, qui fait l’objet d’une procédure séparée.

Le joueur a fait la une de l’actualité début septembre lorsqu’il a signé pour deux ans avec l’Olympique lyonnais, après une décennie couronnée de multiples titres au Bayern Munich. Il était en fin de contrat avec Munich, où il a notamment remporté deux Ligues des champions et neuf titres de champion d’Allemagne.

Star de la sélection nationale lors du titre mondial au Brésil en 2014, il en a été écarté par l’ancien sélectionneur Joachim Löw début 2019, dans la foulée du désastre en Russie. Dans sa première liste la semaine dernière, le nouveau sélectionneur Hansi Flick n’a pas fait appel à lui.

Mais à l’approche du procès, les projecteurs se sont de nouveau braqués sur sa vie privée, qui suscite beaucoup d’échanges et de commentaires – parfois vigoureux – sur les réseaux sociaux, et fait les choux gras de la presse.

En début d’année, Boateng a vécu un drame privé lorsque sa dernière petite amie Kasia Lenhardt, qu’il venait de quitter quelques jours plus tôt, a été retrouvée morte dans un appartement de Berlin. La justice a conclu à un suicide. Boateng était à ce moment-là en déplacement au Qatar avec le Bayern où il disputait le Mondial des clubs. Il est rentré immédiatement en Allemagne.

Elle aussi l’avait accusé de l’avoir violentée, avant de se rétracter, selon le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par Daniel Renard

    Standard

    Marc Wilmots: «Le Standard vend beaucoup et quand on vend, on ne se renforce pas»

  • PHOTONEWS_10941750-070

    Par Philippe Gerday

    Football international

    Salaire des stars: CR7 détrône Messi, Hazard dans le top 10

  • Shamar Nicholson a bien été secoué contre Bruges.

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Shamar Nicholson contre Malines? Du 50-50

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous