Coronavirus: Bruxelles planche sur son pass sanitaire

Dans cet article
Il appartiendra à chaque Région de déterminer les modalités pratiques du CST, et notamment dans quels lieux fréquentés par combien de personnes, il s’agira de l’imposer.
Il appartiendra à chaque Région de déterminer les modalités pratiques du CST, et notamment dans quels lieux fréquentés par combien de personnes, il s’agira de l’imposer. - Belga.

Le comité de concertation a donné son feu vert, jeudi, à un usage prolongé et étendu du pass sanitaire. L’accord de coopération conclu en ce sens entre toutes les entités du pays doit encore être soumis au Conseil d’Etat, à l’Autorité de protection des données, puis approuvé par tous les parlements du Royaume. Le temps presse puisqu’il doit entrer en vigueur au premier octobre.

Pour rappel, le texte prévoit à cette date l’utilisation du Covid Safe Ticket, dès 12 ans, pour les événements (plus de 500 personnes en intérieur, 750 en extérieur), mais aussi pour l’accès aux hôpitaux et autres établissements de soins (notamment les maisons de repos). Mais il ouvre aussi la possibilité, pour chaque Région, d’imposer le CST, à partir de 16 ans, dans une série d’autres secteurs.

Bruxelles se prépare activement

Ce que le gouvernement bruxellois est bien décidé à faire, pour éviter de nouvelles fermetures, les chiffres épidémiologiques se dégradant dans la capitale. Ce jeudi, Rudi Vervoort et ses ministres ont confirmé leur intention. Pour rappel, la mesure peut s’appliquer à l’horeca, aux dancings et discothèques, salles de sport et de fitness, structures culturelles ou festives…

L’accord de coopération a fixé le cadre, à charge pour la Région de définir, dans une ordonnance de mise en œuvre, les modalités pratiques. Donc de confirmer les établissements et lieux concernés (en cochant tout ou partie de la liste reprise dans l’accord de coopération). De fixer la jauge à partir de laquelle on introduit le CST pour les structures culturelles et festives – à bonne source, on évoque, pour Bruxelles un plafond de 50 personnes, de quoi autoriser de nombreux lieux, notamment culturels, à travailler avec un CST, donc une jauge plus large.

Il appartiendra aussi aux autorités bruxelloises de fixer les sanctions en cas de non-respect (par les organisateurs/exploitants). Ou encore de trancher la question de savoir si les membres du personnel des lieux imposant le pass devront, eux aussi, en disposer. Et de fixer la durée d’application de la mesure – « exceptionnelle, elle ne pourra être imposée que pour une durée limitée compte tenu de l’évolution de la situation sanitaire », a précisé le gouvernement bruxellois, jeudi. Il s’est aussi engagé à plancher sur les modalités pratiques en concertation avec les secteurs : l’horeca se montre particulièrement réticent voire opposé à l’idée de devoir contrôler les clients avant qu’ils ne commandent leur mousse ou leur menu… Le temps presse : le projet d’ordonnance doit être approuvé la semaine prochaine pour avoir une chance d’être applicable au premier octobre.

Namur imposera le Covid Safe Ticket pour certains événements des Fêtes de Wallonie

Par S.VDV

Les villes wallonnes n’ont pour le moment pas l’intention de suivre l’exemple de Bruxelles, restant sur la ligne fédérale et régionale. A Charleroi, le masque refera son apparition plus fréquente, notamment durant les festivités des Fêtes de Wallonie. Certains événements privés se dérouleront avec le Covid Safe Ticket mais pas à la demande de la Ville, uniquement à l’initiative des organisateurs. A Liège, on continue à suivre les deux lignes directrices martelées depuis des mois : continuer à vacciner et rappel des gestes barrières. Pas question donc d’imposer le Covid Safe Ticket pour d’autres événements que ceux pour lesquels il est déjà exigé (comme les concerts ou les matchs de foot). Contrairement à son pendant flamand, l’Union des villes et communes wallonnes n’a pas reçu de demandes de communes pour étendre le pass sanitaire, nous a confirmé son président, Maxime Daye. La seule exception vient de Namur et vise les Fêtes de Wallonie. « J’ai imposé le Covid Safe Ticket pour les gros événements des fêtes de Wallonie, comme les concerts, le village des saveurs, le combat des échasseurs ou le discours du mayeur, mais il n’y aura pas de pass sanitaire au-delà de ces cas de figure », explique Maxime Prévot, bourgmestre de Namur.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous