Le 11-Septembre, les attaques qui ont changé la face du monde

d-20210810-GP5T1M 2021-08-10 07_00_18

Il y a vingt ans, le mardi 11 septembre 2001, les États-Unis étaient frappés par une attaque terroriste sans précédent sur leur propre sol. Il est 8 h 46 ce jour-là quand un avion de ligne s’écrase sur la tour Nord du World Trade Center (WTC) à Manhattan. Vingt minutes plus tard, un deuxième avion frappe la tour Sud. Cette fois, plus de doute : c’est un attentat terroriste. Puis il y en eut un troisième sur le Pentagone et un quatrième en route, sans doute, vers Washington mais qui s’est écrasé dans la campagne en Pennsylvanie quand les passagers ont essayé d’en reprendre le contrôle. Un peu plus d’une heure après le premier impact, la première tour s’est effondrée, puis la deuxième en direct devant des millions de téléspectateurs. Au total, plus de 2.977 vies emportées, dont une belge.

Le monde fait la connaissance d’Al-Qaïda, le réseau terroriste d’Oussama Ben Laden qui se revendique comme le commanditaire des attaques et de Khalid Cheikh Mohammed, désigné comme principal organisateur. Le président américain George W. Bush s’adresse alors au peuple américain et déclare la guerre aux terroristes.

Un mois plus tard, en octobre, les États-Unis envahissent l’Afghanistan, pays dirigé par les talibans et désigné par les autorités américaines comme le siège opérationnel d’Al-Qaïda, une organisation qui cultive une haine antiaméricaine. Les Occidentaux s’enlisent et finissent par quitter le pays, près de 20 ans plus tard sur un terrible constat d’échec. Ben Laden, lui, sera finalement retrouvé et tué au… Pakistan en 2011, par les forces spéciales américaines.

Le monde a basculé ce 11 septembre 2001. Il s’est familiarisé avec le terrorisme islamiste qui, depuis deux décennies, a frappé à de nombreuses reprises, y compris en Europe. Si Al-Qaïda est moins puissant qu’il y a vingt ans, d’autres groupes ont pris la relève. La menace n’a pas diminué, elle a muté et le terrorisme islamiste continue de tuer dans le monde. Le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan suscite d’ailleurs des craintes de recrudescence de la menace.

En l’espace de vingt ans, nos sociétés se sont un peu calfeutrées ou, du moins, protégées pour faire face et vivre avec cette menace. Les aéroports se sont sécurisés, les cockpits des avions verrouillés, l’espace aérien surveillé en permanenceNew York, elle, s’est relevée. Orpheline de ses deux tours jumelles, la ville va, comme chaque année, se remémorer ce jour noir de son histoire à Ground Zero. Des célébrations très limitées et sous haute sécurité, car le spectre du terrorisme plane toujours.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous