Où, quand, comment: tout savoir sur le pass sanitaire à Bruxelles

d-20210908-GPN916 2021-09-08 18_40_59

Le gouvernement bruxellois a entamé les préparatifs à l’utilisation du Covid Safe Ticket à partir du 1er octobre dans la restauration, le secteur événementiel et les discothèques de la Région-capitale.

Le comité de concertation a donné son feu vert, jeudi, à un usage prolongé et étendu du pass sanitaire. L’accord de coopération conclu en ce sens entre toutes les entités du pays doit encore être soumis au Conseil d’Etat, à l’Autorité de protection des données, puis approuvé par tous les parlements du Royaume. Le temps presse puisqu’il doit entrer en vigueur au premier octobre.

Les chiffres relatifs à l’évolution de la situation sanitaire continuent à donner des signes d’inquiétude à Bruxelles.

Le pass sanitaire, c’est quoi?

En Belgique, on parle, jusqu’ici, plutôt de Covid Safe Ticket. C’est l’équivalent du pass sanitaire à la française. Concrètement, il s’agit d’une preuve de vaccination complète (deux doses sauf pour Johnson & Johnson et deux semaines d’attente) ou d’un test PCR négatif de moins de 72 heures, un antigénique rapide de moins de 48 heures ou enfin, d’une preuve que l’on a été malade du covid il y a moins de six mois. Ces données génèrent un QR Code qui est accessible via l’application Covidsafebe. Il est aussi possible d’obtenir une version papier en contactant le call-center de votre région.

Où?

Pour faire face aux signes d’inquiétude, l’option de l’élargissement du Covid Safe Ticket à différents secteurs, dont la restauration, l’événementiel et les discothèques, est fortement envisagée à Bruxelles, ce qui passe par un accord de coopération entre entités. Le texte prévoit à cette date l’utilisation du Covid Safe Ticket, dès 12 ans, pour les événements (plus de 500 personnes en intérieur, 750 en extérieur), mais aussi pour l’accès aux hôpitaux et autres établissements de soins (notamment les maisons de repos). Mais il ouvre aussi la possibilité, pour chaque Région, d’imposer le CST, à partir de 16 ans, dans une série d’autres secteurs.

L’accord de coopération a fixé le cadre, à charge pour la Région de définir, dans une ordonnance de mise en œuvre, les modalités pratiques. Donc de confirmer les établissements et lieux concernés (en cochant tout ou partie de la liste reprise dans l’accord de coopération). De fixer la jauge à partir de laquelle on introduit le CST pour les structures culturelles et festives – à bonne source, on évoque, pour Bruxelles un plafond de 50 personnes, de quoi autoriser de nombreux lieux, notamment culturels, à travailler avec un CST, donc une jauge plus large.

Quand?

Le gouvernement Vervoort a également confirmé avoir d’ores et déjà lancé les travaux de préparation de l’ordonnance qui complètera le cadre juridique nécessaire à la mise en œuvre du Covid Safe Ticket. Le temps presse : le projet d’ordonnance doit être approuvé la semaine prochaine pour avoir une chance d’être applicable au premier octobre.

« Le travail est donc en cours pour aboutir à l’adoption d’un cadre juridique au plus tôt. L’ordonnance, comme l’accord de coopération, devront bien entendu être soumis au Conseil d’État et à l’Autorité de Protection des Données, avant d’être adopté en deuxième lecture au gouvernement et soumis au parlement », a encore précisé Rudi Vervoort.

L’exécutif bruxellois a enfin insisté sur le fait que le Covid Safe Ticket était « un outil de gestion sanitaire qui a pour objectif de protéger la santé de la population dans différentes situations de proximité physique, tout en permettant de diminuer les contraintes des autres gestes barrières et en permettant notamment la présence d’un plus grand nombre de personnes dans un même lieu. Cette mesure doit permettre d’éviter l’aggravation des contaminations, et, ce faisant, la prise de mesures plus restrictives qui porteraient atteinte aux libertés des citoyens et serait néfaste pour l’économie. Une telle mesure, exceptionnelle, ne pourra être imposée que pour une durée limitée compte tenu de l’évolution de la situation sanitaire », a-t-il conclu.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous