Accueil Belgique Politique

Alexander De Croo: «La vaccination obligatoire, c’est purement théorique et rhétorique, je n’y suis pas favorable»

Alexander De Croo calibre : « Et quoi, si les gens refusent de se vacciner, vous allez les mettre en taule ? » Le Premier croit au « travail de fourmi » pour convaincre. Et au pass à Bruxelles, « même si je ne suis pas fan ». Le prochain codeco s’attaquera au port du masque.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Près d’un an après son entrée en matière au Seize, en octobre 2020, c’est le moment, pour Alexander de Croo, de basculer graduellement de la gestion de la crise covid à la tentative de relance et de transition socio-climatico-économique. Pas si vite…

On ne tourne pas vraiment la page covid. Le gouvernement bruxellois est sous tension à propos de l’instauration d’un pass sanitaire…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

104 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, mercredi 15 septembre 2021, 14:09

    Monsieur le Premier ministre : on ne vous demande pas d'explication, on vous demande d'AGIR, c'est à dire IMPOSER la vaccination OBLIGATOIRE !!! Point, c'est tout ! Vous représentez ( très mal ) l'autorité, alors ordonnez !

  • Posté par Lefèvre Jean-Luc, mercredi 15 septembre 2021, 10:07

    Ajoutons encore que la vaccin contre la polio, à ce jour, n'a pas tué et ne provoque pas d'effets secondaires graves.

  • Posté par bolsee yves, lundi 13 septembre 2021, 13:09

    Si j'ai bien tout compris, tant que tout le monde ne sera pas vacciné (cf. certain pays étrangers ou, chez nous, les jeunes), le virus pourra continuer d'exister. Donc il continuera - puisque c'est sa nature même - à muter. Avec les risques que cela comporte. Il me semble qu'obliger, ce serait prendre ses responsabilités. Y compris vis-à-vis des personnes victimes d'effets secondaires (indemnisation éventuelle d'eux-mêmes/de leur famille, la responsabilité juridique de l'état étant alors engagée). Ainsi en est-il bien, sauf erreur, du vaccin contre la poliomyélite. Je ne comprends pas bien pourquoi ces questions sont si rarement évoquées. Ou alors, j'ai loupé quelque chose ?

  • Posté par CREPIN Hugues, lundi 13 septembre 2021, 14:01

    Il l'explique dans l'article, ces vaccins-là sont administrés très tôt et dans un cadre régulatoire très contrôlé. Ici, près de 12 millions de personnes majoritairement adultes dont des personnes partie de minorités très organisées, c'est plus complexe que de vacciner es gamins au et à mesure. Normalement entre 70 et 80% de vaccination, le virus s'étouffe faute de porteurs et le déclin devrait être assez rapide. C'est la théorie. Toutes ces questions sont évoquées depuis des années et cette résistance antivax a permis des morts par la rougeole aux USA par exemple. Effectivement, en cas d'obligation, l'Etat devient responsable de tous les effets secondaires, chose qu'il ne veut évidemment d'autant que l'argent de l'Etat, vous oubliez que c'est le nôtre. Le premier est un libéral donc il préfère une responsabilité individuelle basée sur les intérêts collectifs qu'une obligation collective retirant la liberté de choix. Quelque part, c'est traiter les gens en adulte mais avec ce risque des inconscients, des complotistes, des fous ou des religieux. Après, sommes-nous sûrs à 100% de ces vaccins? Non, pas vraiment, on pense que mais c'est tout, cette information ne sera disponible que dans deux ans. La mutation d'un virus est probablement diminuée par la vaccination en réduisant son champ de développement mais accru par une barrière qu'il pourrait contourner suite à une déformation de certains virus qui peuvent alors faire souche et se rediffuser. Pire encore, il semblerait que les virus qui se croisent pourraient échanger des informations mais c'est au stade d'étude que cette notion. Une vaccnation diminue les probabilités de mutation mais augmente sa gravité si elle a quand même lieu.

  • Posté par Detez Olivier, lundi 13 septembre 2021, 9:58

    Etre pour ou contre la vaccination obligatoire c'est un chose. Par contre y être opposé, en temps que premier ministre, en invoquant des difficultés pour la mettre en place et la faire respecter, c'est plutôt inquiétant comme signal car, comme pour le tracing et le respect des quarantaines, on semble n'être toujours pas en mesure de contrôler quoi que ce soit en Belgique...

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs