«L’onde de choc», «la guerre sans fin»: l’anniversaire du 11-Septembre en Une des médias

TOPSHOT-US-ANNIVERSARY-9_11

Il y a vingt ans, le mardi 11 septembre 2001, les États-Unis étaient frappés par une attaque terroriste sans précédent sur leur propre sol. Il est 8 h 46 ce jour-là quand un avion de ligne s’écrase sur la tour Nord du World Trade Center (WTC) à Manhattan. Vingt minutes plus tard, un deuxième avion frappe la tour Sud. Cette fois, plus de doute: c’est un attentat terroriste. Puis il y en eut un troisième sur le Pentagone et un quatrième en route, sans doute, vers Washington mais qui s’est écrasé dans la campagne en Pennsylvanie quand les passagers ont essayé d’en reprendre le contrôle. Un peu plus d’une heure après le premier impact, la première tour s’est effondrée, puis la deuxième en direct devant des millions de téléspectateurs. Au total, plus de 2.977 vies emportées.

Ce samedi, l’anniversaire de ce triste événement fait la Une de nombreux quotidiens.

« L’onde de choc sans fin » titre Le Soir. Dans son édito, Béatrice Delvaux se souvient que « le 11 septembre 2001, nos vies se sont arrêtées durant ces quelques minutes » avant d’évoquer l’échec de la guerre au terrorisme. « Après 20 ans, l’avantage va au mouvement djihadiste international dont la menace conserve sa capacité de nuire. Les deux guerres lancées par les Etats-Unis contre l’Afghanistan et l’Irak ont nourri cet extrémisme bien au-delà, dans toute la région,» déplore le quotidien.

La Libre titre « Et le monde bascula » avant de revenir dans ses pages sur les conséquences de cet évènement. Pour le quotidien, cet anniversaire est l’occasion pour les Etats-Unis de repenser leur position dans le monde. Une réflexion « urgente » selon le quotidien face à la montée en puissance de la Chine. «On ne saurait concevoir que l’ultime conséquence du 11-Septembre soit une marche du monde désormais guidée, sinon dictée, par une dictature qui méprise plus que jamais la démocratie et les droits humains. »

« 20 ans après » titre sobrement L’Avenir qui souligne aussi les graves conséquences dans son édito. « Le 11 septembre 2001 a gommé une part d’insouciance et de légèreté. De nombreuses mesures ont été prises au nom de la sécurité intérieure. » Le journal pointe également l’avènement d’un terrorisme international. « Le 11 septembre a fait naître un sentiment revanchard auprès de communautés qui s’estimaient peu considérées. Si on pouvait terrasser les États-Unis, alors il était aussi possible de régler les comptes des mécréants à Paris ou à Bruxelles. 20 ans plus tard, l’addition se paye encore. »

En France, Le Monde met également en avant les séquelles du 11-Septembre évoquant le « dérèglement du monde ». « Le 11 septembre 2001, nous étions tous américains. Vingt ans après, les Etats-Unis n’ont jamais paru aussi seuls » souligne le journal dans un supplément spécial rappelant que, si les attentats islamiques se sont éloignés du sol américain, ils continuent de tuer. « Ils ont touché de plein fouet l’Europe, et plus encore les pays musulmans au Proche-Orient, en Afrique et, bien sûr, en Afghanistan. C’est là que les djihadistes ont fait l’essentiel de leurs 180 000victimes en vingtans, parfois en dépit de la présence de forces internationales. C’est sur ces terrains qu’ils se régénèrent, capitalisant sur ce grand dérèglement du monde. »

Enfin, le Figaro souligne en Une « la guerre sans fin » consécutive aux attentats. « Une guerre planétaire contre l’idéologie islamiste, barbarie maquillée en mission divine et qui en veut à l’humanité entière, musulmans compris. » Le journal tient cependant à rester optimiste en soulignant que nos sociétés ne se sont pas délitées. « Nous sommes tout aussi invincibles qu’eux, car aucun de leurs assauts, même les plus terribles, n’a d’impact sur nos convictions et nos valeurs. Sinistre et vain combat qui prendra fin un jour, peut-être, de guerre lasse… »

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous