Etats-Unis: les images fortes des commémorations du 11-Septembre (photos)

L’Amérique commémore les vingt ans du 11-Septembre au cours de cérémonies mémorielles et solennelles d’hommage aux quelque 3.000 morts des attentats d’Al-Qaïda, dans une ambiance alourdie par le retrait américain chaotique d’Afghanistan.

La cérémonie à New York marquant le vingtième anniversaire des attentats du 11-Septembre a commencé samedi au mémorial de Manhattan où se dressaient les deux tours jumelles du World Trade Center (WTC) détruites par les attaques jihadistes d’Al-Qaïda.

Le président américain Joe Biden préside cette cérémonie et se tient aux côtés de ses prédécesseurs, notamment Barack Obama et Bill Clinton.

En présence du président américain Joe Biden, aux côtés de ses prédécesseurs Barack Obama et Bill Clinton, une première minute de silence a été observée à 08h46, précisément vingt ans après que le premier avion piraté par le commando d’Al Qaïda a percuté la tour Nord.

La lecture, jusqu’à 12h30 (18h30) des noms des 2.977 personnes tuées ce jour-là sur les trois sites des attentats (dont 2.753 à New York) a ensuite débuté, sous des airs de flûte. Elle sera rythmée toute la matinée par des hommages en musique, dont une chanson à la guitare sèche de la star américaine Bruce Springsteen. D’autres minutes de silence sont prévues : pour l’effondrement des tours de New York, l’attaque contre le Pentagone près de Washington et le crash d’un des avions à Shanksville (Pennsylvanie).

Des minutes de silence ont aussi été observées pour l’attaque contre le Pentagone près de Washington et le crash d’un des avions à Shanksville (Pennsylvanie), où se tiennent également samedi des cérémonies d’hommage.

Sur Times Square, au coeur de Manhattan, le poumon économique de la première puissance mondiale où sont traditionnellement fêtées les victoires de l’Amérique, un bref moment de recueillement a eu lieu. De même, a constaté l’AFP, devant une caserne de pompiers de Brooklyn qui avait perdu 12 soldats du feu il y a vingt ans.

George W. Bush déplore la désunion de l’Amérique

L’ancien président américain George W. Bush, qui était à la tête des Etats-Unis au moment des attentats du 11-Septembre, a pris la parole en Pennsylvanie ce samedi. « Dans les semaines et les mois qui ont suivi les attentats du 11-Septembre, j’étais fier de diriger un peuple impressionnant, résilient et uni. Si on parle de l’unité de l’Amérique, ces temps semblent lointains », a déclaré le 43e président des Etats-Unis lors d’un discours à Shanksville (Pennsylvanie) où s’était écrasé l’un des quatre avions piratés par le commando d’Al-Qaïda le matin du 11 septembre 2001.

« Des forces du mal semblent à l’œuvre », a estimé M. Bush à propos du climat politique américain, dénonçant « la colère, la peur et le ressentiment ».

« Notre nation et notre avenir en commun nous inquiètent », a estimé l’ancien président républicain qui avait déclenché l’intervention américaine en Afghanistan en représailles au 11-Septembre.

Son lointain successeur Joe Biden a appelé dans un message vidéo vendredi soir à « l’unité » des Etats-Unis pour le 20e anniversaire du 11-Septembre tandis que l’ex-président Donald Trump a dénoncé samedi l’« incompétence » du démocrate en raison du retrait militaire américain chaotique d’Afghanistan.

Egalement présente à Shanksville, la vice-présidente Kamala Harris a fait allusion à la polarisation politique aux Etats-Unis et a elle aussi plaidé pour « l’unité » et le « renforcement de nos liens communs ».

Trump tacle Biden

L’ex-président républicain Donald Trump a dénoncé samedi « l’incompétence » de Joe Biden, dont la gestion du retrait des troupes américaines d’Afghanistan l’a « fait passer pour un idiot », dans un message vidéo enregistré pour le vingtième anniversaire du 11-Septembre.

Après avoir rendu hommage au « courage » des pompiers, policiers ou secouristes intervenus ce jour-là, Donald Trump a sévèrement critiqué l’action de son successeur démocrate à la Maison Blanche et la fin de la plus longue guerre de l’Amérique, déclenchée après les attaques d’Al-Qaïda le 11 septembre 2001 qui ont fait près de 3.000 morts.

« C’est aussi un triste moment pour la façon dont notre guerre contre ceux qui ont fait tant de mal à notre pays s’est terminée la semaine dernière », a-t-il déclaré. « Le dirigeant de notre pays est passé pour un idiot. » « Nous aurons du mal à nous remettre de l’embarras que cette incompétence a causé », a poursuivi le milliardaire dans sa vidéo.

Regrettant la mort de 13 soldats, tués dans un attentat près de l’aéroport de Kaboul en août, Donald Trump a dénoncé la saisie par les talibans d’équipement militaire américain « sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré ». « Joe Biden et son administration incompétente ont capitulé », a-t-il dit.

Le président démocrate a été fragilisé par la fin chaotique de la guerre en Afghanistan, où les talibans ont repris le pouvoir en août.

Donald Trump, qui ne participe à aucune des commémorations officielles, commentera samedi soir un match de boxe opposant l’ex-champion du monde des poids-lourds Evander Holyfield à la star brésilienne des arts martiaux mixtes Vitor Belfort.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous