Accueil

«On a laissé trop d’espace aux Libyens»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

« Le système a été clairement organisé pour faire en sorte que les migrants soient secourus par les gardes-côtes libyens et pas européens. C’est grave », analyse Flavio Di Giacomo, le porte-parole de la section italienne de l’Organisation internationale de l’ONU pour les migrations. « Créer un corps de gardes-côtes libyen était nécessaire car beaucoup de naufrages se déroulaient au bord des côtes, là où les navires internationaux ne pouvaient pas accéder. » Les gardes-côtes libyens sont désormais les principaux acteurs des sauvetages/interceptions dans la zone dépendant désormais directement de Tripoli, mais les ONG rapportent de nombreuses interventions bien plus au nord, en zone de recherche et de sauvetage maltaise. « On leur a laissé beaucoup trop d’espaces sans travailler à améliorer la prise en charge des gens et le respect des droits de l’homme. C’est inacceptable. On a vu comment les gardes-côtes libyens opéraient, ce ne sont pas des sauvetages. Vous ne pouvez pas donner la responsabilité de sauver des vies à un pays qui n’est pas un port sûr.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs