Ce qu’il faut savoir sur la rentrée universitaire à 100% en présentiel

dom-fou-YRMWVcdyhmI-unsplash

Fin août, la ministre de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny, avait annoncé une reprise à 100 % de la capacité d’accueil des établissements et des salles de cours.

Le port du masque sera, à ce stade, requis dans les espaces intérieurs. Une attention particulière devra être portée à l’aération des locaux. Les conférences seront autorisées selon les mêmes règles que les cours, et les bibliothèques seront également accessibles à 100 % de leur capacité, confirme la ministre dans un communiqué. Les stages seront réalisés dans le respect des modalités et des règles sanitaires d’application dans le secteur de l’activité. Les activités étudiantes (sport, folklore) et la fréquentation des restaurants au sein des établissements seront, elles, soumises aux protocoles sectoriels correspondants (sports, événements, horeca) et dans le respect des règles régionales en vigueur. Le décor est donc planté pour l’aspect pédagogique, mais des zones d’ombre subsistaient jusqu’ici concernant un autre pan important de la vie des étudiants, à savoir les activités sociales, folkloriques et festives.

Ces derniers jours, les réunions entre étudiants et rectorats se sont multipliées pour déterminer un cadre sanitaire sécurisé pour les fêtes et autres baptêmes avec, à la clé, un retour quasiment à la normale. Finalement, chaque établissement a défini ses propres règles en se calquant sur celles en vigueur dans l’horeca et l’événementiel. L’outil qui semble faire l’unanimité chez les organisateurs de fêtes estudiantines est le Covid Safe Ticket. Celui-ci sera donc nécessaire pour entrer dans les soirées, dans les cercles et pour participer aux baptêmes. Les contrôles seront effectués par des agents de gardiennages et par des responsables covid désignés parmi les étudiants.

La présence des étudiants sur les campus doit en outre pouvoir bénéficier aux campagnes de vaccinations organisées par les Régions, plaide la ministre. Une évaluation des modalités, y compris le port du masque, sera effectuée 15 jours après la rentrée académique.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous