Covid Safe Ticket, port du masque… ce qui est attendu du Comité de concertation de ce vendredi

PHOTONEWS_10938929-065
Photo News.

Le Comité de concertation (Codeco) du 20 août dernier avait annoncé la réouverture des boîtes de nuit pour le 1er octobre ainsi que la publication, au vendredi 10 septembre, d’un protocole pour cadrer cette relance des clubs après un an et demi de fermeture. Voilà qui devait laisser 20 jours aux établissements pour se préparer à réaccueillir du public sur leur piste de danse. Or, à bonnes sources, il nous est revenu que ce document listant les conditions de redémarrage des fêtes nocturnes ne sortira que ce vendredi 17 septembre, question d’être avalisé par le Codeco qui se réunit ce jour-là. Il apparaît en effet que le dossier est juridiquement plus complexe que prévu car il implique le fédéral et les Régions.

Le Covid Safe Ticket

A ce stade, la mise en place du Covid Safe Ticket (CST) pour toutes les boîtes du royaume ne fait plus guère de doute. Mais à partir de combien de clients ? Le CST serait de mise dès 100 clients. Autre question : les exploitants de discothèques devront-ils s’équiper de systèmes de ventilation et/ou de purification d’air plus performants ? Si oui, pour quand et avec quel argent ? Les professionnels demandent plus que le délai de trois mois qui a été évoqué pour répondre à des normes d’air plus exigeantes ainsi qu’un financement à 100 % des installations techniques idoines par les pouvoirs publics car les clubs n’ont plus d’argent.

Le port du masque

Le Premier ministre Alexander De Croo a déclaré dans une interview au Soir ce week-end que le prochain comité de consultation discuterait de l’assouplissement du port du masque buccal. L’abolir purement et simplement n’est pas une bonne idée, selon Erika Vlieghe. Elle considérerait même comme « imprudent » de l’abandonner maintenant. L’hiver arrive et nous allons tous passer plus de temps à l’intérieur. En outre, dans de nombreux endroits, la vaccination est encore insuffisante. Par ailleurs, les effets et la durabilité des vaccinations au fil des mois doivent encore être surveillés et le variant delta circule toujours.

« Procédons prudemment comme nous le faisons avec les mesures, pas à pas, et cela nous permettra de passer l’hiver », a déclaré la présidente du comité d’experts qui conseille le Comité de concertation.

Sur VTM, le Premier ministre a déclaré dimanche que, selon lui, l’obligation de porter un masque buccal n’est plus nécessaire dans certains endroits, mais qu’elle reste défendable dans les lieux où les gens se tiennent à proximité les uns des autres et où la ventilation est mauvaise, par exemple dans les transports publics. De Croo a également noté que, depuis septembre, la grande majorité des Flamands ont en fait pu vivre en grande liberté, l’obligation de porter des masques buccaux n’étant maintenue que dans plusieurs endroits.

La Flandre souhaite plus de liberté

Le faible taux de vaccination relevé à Bruxelles ne doit pas empêcher la Flandre de retrouver une vie normale avec la prudence nécessaire, estime le président de la N-VA, Bart De Wever, dans un entretien donné lors de la journée familiale de son parti, dimanche, à La Panne.

L’homme fort des nationalistes flamands prône une levée rapide des mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus. « Pour ma part, on peut se passer de masques dans les magasins et certainement en plein air – quel sens cela a-t-il ? », a indiqué le bourgmestre d’Anvers à Belga.

« Nous avons atteint les 90 % de vaccination en Flandre (de la population adulte, NDLR). On peut reprendre la vie. On peut se voir à nouveau, sans masque. Je suis comme un gosse. La Flandre était au rendez-vous, ce qui n’est malheureusement pas ou pas encore le cas d’autres Régions, mais cela ne doit pas nous empêcher de reprendre une vie tout à fait normale. »

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous