Afghanistan: la Belgique débloque une aide humanitaire de deux millions d’euros

La ministre de la Coopération au développement, Meryame Kitir (Vooruit).
La ministre de la Coopération au développement, Meryame Kitir (Vooruit). - Photo News.

La ministre de la Coopération au développement, Meryame Kitir (Vooruit), a annoncé lundi le déblocage d’une contribution belge de deux millions d’euros pour répondre aux besoins humanitaires en Afghanistan.

Mme Kitir a livré cette information à l’occasion de la conférence internationale des Nations unies sur le développement durable – il s’agit d’une première Conférence des donateurs de l’ONU pour l’Afghanistan.

« Ces dernières semaines, nous avons vu des images de personnes tentant de fuir l’Afghanistan. Mais la majorité de la population afghane est restée dans le pays dans des conditions difficiles et la situation ne semble pas s’améliorer. La population de l’Afghanistan – avant tout les filles et les femmes – mérite notre solidarité », a commenté Meryame Kitir.

La totalité de la contribution belge de deux millions d’euros pour l’aide humanitaire sera versée au Fonds humanitaire des Nations unies pour les pays. Les organisations humanitaires telles que le Programme alimentaire mondial des Nations unies, par exemple, peuvent y faire appel.

La contribution belge au fond des Nations unies est destinée à renforcer les soins de santé mobiles et à assurer la sécurité alimentaire.

« Bénéfices aux Afghans de manière tangible et immédiate »

« Grâce à l’ONU, cette aide bénéficie également aux Afghans de manière tangible et immédiate. Lorsque l’on sait qu’aujourd’hui, une moitié des enfants de moins de cinq ans vivent au seuil de la malnutrition, alors il est aussi de notre responsabilité de ne pas fermer les yeux et de faire notre part. Les filles et les femmes afghanes en particulier sont confrontées à des temps incertains. Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour leur faire sentir qu’elles ne sont pas seules », a encore souligné la ministre chargée de la Coopération au développement.

Selon celle-ci, la contribution belge est également un signal pour les autres pays car le programme d’aide des Nations unies est gravement sous-financé.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous