Fêtes étudiantes et covid: ce qu’ont décidé l’ULB, l’UCLouvain et l’Unamur

B9711438718Z.1_20170317105519_000+GNG8NCQJ3.1-0
Mathieu Golinvaux.

La rentrée dans l’enseignement supérieur se fera aussi en dehors des auditoires. Baptêmes, bleusailles et soirées vont pouvoir reprendre avec un invité de marque : le pass sanitaire. Enseignants et étudiants vont retrouver auditoires et salles de cours qui reprennent à 100 % en présentiel tant en Wallonie qu’à Bruxelles. Pour les festivités, chaque université et école ont établi leurs propres règles, bien souvent en concertation avec les étudiants. Parmi les organisateurs de fêtes, le Covid Safe Ticket (CST) semble faire l’unanimité, selon nos informations.

A l’ULB, l’ULiège et l’UMons, par exemple, le CST sera généralisé à l’ensemble des activités festives, y compris les baptêmes. Les contrôles seront opérés par des gardiens de sécurité ou des étudiants. « Après discussion avec les étudiants, nous avons décidé de généraliser son utilisation pour toutes les activités festives car cela nous paraissait plus simple à gérer », explique Alain Lévêque, vice-recteur à l’ULB. Il sera demandé pour entrer dans les soirées, les cercles et pour accéder aux baptêmes, même si ceux-ci se déroulent en majeure partie en extérieur. L’ULB explique que les contrôles se feront par des agents de gardiennages et des étudiants désignés qui veilleront au respect des mesures covid lors de chaque événement. Une position partagée par l’ULiège et l’UMons.

A l’UCLouvain, dont les campus sont éparpillés en Wallonie et à Bruxelles, les organisateurs suivront les protocoles sanitaires en vigueur pour l’horeca et l’événementiel dans leur Région respective. Le CST ne sera toutefois pas requis pour le baptême. Comme à l’ULB, des étudiants seront désignés pour chaque événement afin de contrôler le respect des règles sanitaires.

A l’UNamur, en revanche, on encourage à reporter les baptêmes au deuxième quadrimestre tandis que les cercles ne seront autorisés à rouvrir qu’à partir du 1er octobre, date à laquelle les soirées dansantes devraient à nouveau être permises dans tous les campus.

Endormis depuis plus de 18 mois, les mythiques « Jefke » et autre « Bunker » rouvriront leurs portes sous Covid Safe Ticket, sésame désormais incontournable dans la vie festive des étudiants.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous