Coronavirus: les coupoles de soins flamandes plaident pour le pass sanitaire lors des visites dans les hôpitaux et les maisons de repos

B9727644833Z.1_20210709141929_000+G1VIGOGCC.1-0
Belga.

Les coupoles flamandes d’hôpitaux et d’organisation des soins appellent à rendre le pass sanitaire obligatoire pour les visiteurs des hôpitaux et des maisons de repos, rapportent lundi matin les quotidiens flamands De Morgen et Het Laatste Nieuws. « Nous craignons que l’épidémie ne s’aggrave dans les prochains mois », explique la directrice générale de Zorgnet-Icuro Margot Cloet.

Jusqu’à présent, le Covid Safe Ticket (CST) est demandé si l’on souhaite partir en voyage ou assister à un événement. La semaine dernière, le gouvernement fédéral et les entités fédérées ont décidé que l’utilisation de ce pass sanitaire pourrait être également étendue. Par exemple, Bruxelles a l’intention de rendre ce pass obligatoire à partir du 1er octobre pour toute personne souhaitant aller dans un café, un restaurant ou rendre visite à un patient dans un hôpital.

En Flandre, les coupoles d’organisation des soins appellent à faire de même dans le secteur des soins de santé. « Nous demandons au gouvernement de rendre le pass obligatoire pour les visiteurs des hôpitaux et des maisons de repos », explique Margot Cloet de Zorgnet-Icuro. « De cette manière, nous pourrons renforcer la sécurité car nous craignons que l’épidémie ne s’aggrave dans les mois à venir. »

Cet été, à Zaventem, sept résidents vaccinés d’une maison de repos sont décédés du coronavirus. Quatre autres foyers sont actuellement identifiés en Flandre. C’est pourquoi le Vlaams Onafhankelijk Zorgnetwerk (Vlozo) entend exiger des visiteurs qu’ils présentent un certificat. « L’efficacité des vaccins diminue au fur et à mesure que les personnes vieillissent », explique le directeur du Vlozo Johan Staes. « Nous devons tout faire pour protéger ces personnes. »

Alors que Zorgnet-Icuro plaide pour une obligation générale, le Vlozo veut au contraire faire respecter cette obligation seulement dans les maisons de repos où elle est nécessaire. L’Association des villes et communes flamandes (VVSG), qui gère les maisons de repos publiques, y est également favorable, quoique plus nuancée. « De nombreux éléments plaident en faveur d’un système basé sur le pass », indique-t-elle. « Bien que nous devions nous organiser pour cela. »

De son côté, le syndicat socialiste BBTK veut en premier lieu augmenter le taux de vaccination. « Nous sommes une fois de plus dans une situation où d’autres soins doivent être reportés et ce n’est plus acceptable », a réagi le vice-président du syndicat Jan-Piet Bauwens. Selon ce dernier, travailler avec un pass sanitaire dans les hôpitaux et les homes peut aider à encourager les gens à se faire vacciner. « Cela peut certainement être utilisé dans une période de transition jusqu’à ce que les taux de vaccination soient partout à un niveau suffisamment élevé », explique le responsable syndical.

Selon le syndicat chrétien ACV, cette décision est avant tout « une décision qui appartient aux entités fédérées ». « Mais le pass doit s’inscrire dans une politique plus large et nous demandons également de prendre en compte la charge de travail que représente le contrôle des pass sanitaires », a souligné le responsable sectoriel des soins pour personnes âgées à l’ACV Olivier Rémy.

Le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke (CD&V), a demandé un avis à la Taskforce Zorg, dans laquelle les coupoles sont représentées.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous