The Vaccines: euphorique

vaccines

Ce cinquième album du groupe londonien est le premier à ne pas paraître sur Columbia Records. Sony Music n’a rien fait pour retenir la formation qui se retrouve ainsi sur l’indépendant Super Easy/AWAL Recordings. À entendre ce disque enregistré au Sonic Ranch d’El Paso, au Texas, avec le producteur Daniel Ledinsky (cf. Tove Lo, TV on the Radio, Rihanna), on se dit que le groupe n’a jamais été aussi heureux, pour ne pas dire euphorique. Le soleil texan revigore la bande à Justin Young inspiré par un séjour perdu à Los Angeles. Au travers de ces treize chansons, les Vaccines, en bons visionnaires, imaginent une ville genre Metropolis, entre science-fiction à la Blade Runner et excès délirants, comme on peut en trouver à Las Vegas, Tijuana ou Lagos. Les guitares scintillent toujours autant, nous aveuglant plus que nous chagrinant sous le crachin anglais. Les références à la surf music américaine, avec même quelques mariachis de passage, surprendront les premiers fans du groupe qui a décidé d’avancer plutôt que de se retourner sur son prestigieux passé. Un peu de soleil n’a jamais fait de tort à personne.

AWAL-V2.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous