Accueil Économie Finances

750 millions d’euros en moins pour le plan de relance belge

Les bonnes performances économiques du pays influent (à la baisse) sur le montant qui sera octroyé par l’Europe. Ce n’est pas une mauvaise nouvelle, assure Thomas Dermine

Temps de lecture: 3 min

La Belgique pourrait recevoir 750 millions d’euros de moins du paquet de relance européen qui lui était destiné, selon les estimations initiales, en raison de ses bonnes prestations économiques, selon la Revue économique de septembre de la Banque nationale. En juin, la Commission européenne avait approuvé un plan de relance belge associé à 5,9 milliards d’euros de subventions européennes, pour la période 2021-2026.

Mais « ce montant devrait être révisé en 2022, lorsque l’évolution du PIB entre 2019 et 2021 sera connue. Selon les prévisions d’été de la Commission, la Belgique pourrait recevoir 750 millions d’euros de moins que prévu actuellement, les performances économiques de la Belgique ayant récemment été meilleures que celles d’autres États membres de l’UE », explique la BNB. Avec ces fonds, la Belgique entend investir dans la mobilité douce et les technologies, entre autres. Des mesures vont également être prises pour répondre à la problématique de la sécheresse et pour préserver la biodiversité. Au début du mois d’août, une première tranche de 770 millions d’euros a déjà été versée à notre pays.

Méthode de calcul connue dès le départ

Dès le départ, il était déterminé que le total des subventions de la « Facilité pour la reprise et la résilience », la plus grosse enveloppe du plan de relance post-Covid de l’UE, serait réparti pour 70 % en fonction de chiffres déjà connus (taille de la population, PIB par habitant, taux de chômage moyen 2015-2019), et pour 30 % en fonction de données économiques qui vont encore varier.

Dans les faits, ces 30 % du total des subventions ne seront définitivement répartis entre Etats membres qu’après juin 2022, car ils doivent être basés sur la perte de PIB réel observée en 2020 et la perte cumulée de PIB réel observée sur la période 2020-2021. Le montant de 5,9 milliards qui était prévu pour le Belgique relevait d’une prévision en partie basée sur une estimation qui remonte aux dernières prévisions économiques d’automne. Depuis lors, les performances économiques de notre pays se sont raffermies. La BNB prévoit une croissance du PIB de 1,8 % au troisième trimestre, après 1,7 % au deuxième. De son côté, le Bureau du Plan table sur une croissance de 5,7 % sur l’ensemble de l’année.

« Reprise en bonne voie »

Pour Thomas Dermine (PS), le secrétaire d’Etat à la Relance, il n’y a pas de raison de s’inquiéter. Au contraire, il s’agit d’une « bonne nouvelle car c’est une conséquence de la hausse de la croissance économique », indique-t-il. « C’est la preuve que la reprise économique de la Belgique est en bonne voie ». Thomas Dermine a bien confirmé que les subventions de l’UE pourraient être inférieures lorsque le calcul final sera effectué en juin 2022. « Mais l’impact sur nos finances d’une croissance plus élevée est certainement plus positif qu’une réduction potentielle de notre enveloppe de subventions », explique-t-il. Dans ces conditions, le manque à gagner pour les projets belges sera-t-il compensé par un budget fédéral censément revigoré par la croissance ? Le secrétaire d’Etat a précisé à nos confrères de L’Echo que cette décision n’interviendra qu’en juin 2022, c’est-à-dire quand le montant définitif des subsides européens sera connu.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Lespagnard Frans, lundi 13 septembre 2021, 23:20

    Soit 5150 millions sur 6 ans de PIB. Sur base de 6 années de PIB à 450 milliards d’euros par an , ce montant est donc inférieur à 0,2 % de PIB sur l’ensemble de la période ! C’est cela le grand plan de relance ? Problème aussi pour la répartition des moyens, avec un PIB par habitant inférieur à la moyenne européenne (85%) et 35 points inférieurs à celui de la Flandre, la Wallonie ne devrait pas subir de préjudice dans la mesure oû à faiblesse du PIB est prise en considération dans l’attribution des crédits, nous dit-on !On attend de voir si l’intérêt de la Région wallonne sera bien défendu !

  • Posté par Filleul Stéphane, lundi 13 septembre 2021, 21:53

    Pouvez-vous vérifier cette traduction : « Facilité pour la reprise et la résilience » ? Merci !

  • Posté par Lespagnard Frans, lundi 13 septembre 2021, 20:42

    Et on ne tient pas compte des perspectives de population. ....L’Italie , moins 1,5 million d’habitants entre 2018 et 2022 engagera 2,5 fois plus de moyens que la Belgique ......si on se réfère au rapport démographique entre les deux pays ! La Belgique a des besoins considérables compte tenu de l’augmentation massive de sa population alors que l’Europe de l’Est est entrée dans l’hiver démographique . Pour mémoire entre 2000 et 2022, la hausse de la population aura été de 1,3 million d’habitants.

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 13 septembre 2021, 20:25

    Comment va-t-on faire ? J.L. Crucke devra-t-il renoncer à son vélodrome, essentiel pour la relance de la Wallonie ? Et les murailles de Binche vont-elles s'effondrer ?

  • Posté par Duquesne Claude, lundi 13 septembre 2021, 19:56

    Tout pour la Hongrie, tout pour la Pologne, tout pour ........................................................................ et pourquoi pas la Bielorussie, ces inondés de l'est.. Et si il reste quelques mios, pensons aux innondés Belges et aux routes de wallonie et aux 3000-3800 km de haies à construire.

Plus de commentaires

Aussi en Finances

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références références Tous les jobs