Accueil

Nabil, Egypte: «Ils étaient trop défoncés pour nous voir comme des êtres humains»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Nabil est entré en Libye en… 2003. L’Egyptien a vécu pendant des années comme travailleur. Ce n’était pas facile, mais c’était sa vie. Et puis en mai, alors qu’il revenait de Zawyia, on l’a kidnappé. « Ils vous disent qu’ils sont du gouvernement, mais c’est juste la milice qui essaie de vous extorquer. » Il est enfermé pendant deux mois. « Ils m’ont donné des chips et un peu d’eau après trois jours. Je devais leur verser 10.000 dollars pour être libéré. » Pour se montrer persuasifs, les trafiquants mettent feu à du plastique et menacent de laisser tomber les gouttes sur sa peau. Une jeune femme qui était dans le même bateau montrera ses bras et ses jambes couvertes de cicatrices laissées par le plastique fondu. « Les Libyens qui nous gardaient buvaient et fumaient du haschisch toute la journée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs