Accueil Société Régions Wallonie

Liège proche de l’asphyxie financière

Les finances de la cité ardente sont malmenées. Par les inondations, le Covid, le piratage informatique mais avant tout, par le coût des pensions des agents de la ville.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Ce n’était pas destiné à sortir du collège, pourtant, la passe d’armes entre Christine Defraigne et Willy Demeyer lors d’un collège communal, il y a deux semaines, a vite fait les choux gras de la presse locale. Pas question cependant de résumer la colère de la libérale à un manque de confiance vis-à-vis de son partenaire de majorité PS au sein de la cité ardente.

L’objectif du coup de gueule de la première échevine en charge notamment des finances consistait à alerter sur l’état désastreux des finances liégeoises. Un peu comme les rapports du GIEC : rendre audible une catastrophe, selon elle, inévitable. Les finances liégeoises ont en effet été mises à mal par plusieurs facteurs, qui, en s’accumulant, pourraient conduire la métropole wallonne dans le mur.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

24 Commentaires

  • Posté par RANSY Renaud, mercredi 15 septembre 2021, 10:57

    Dans ses explications sur les causes de l'asphyxie financière de Liège, Christine Defraigne passe à côté du motif essentiel: la désertion de la classe moyenne, dégoûtée par une congestion permanente (travaux, mise sur une voie du Quai des Ardennes, un des accès majeur à la ville) et une insécurité croissante. Personnellement, bien qu'habitant en région liégeoise, ça fait un certain temps que je me rends le moins possible dans cette ville en déclin, mal fréquentée et en voie de paupérisation. Je lui préfère nettement Maastricht ou Hasselt où je vais faire mes achats, boire un verre ou manger un morceau (bref, ces activités qui participent à la prospérité d'une ville). Mises à part certaines initiatives locales (comprendre: qui cultivent l'entre-soi) portées par une poignée de bobos concentrés autour de la rue Neuvice, il ne reste au final que des clodos ou des pakis (voire çà et là un potager collectif éco-responsable, donc envahi par les mauvaises herbes au bout de trois semaines…). Bref, sans un changement profond de paradigme, cette ville est condamnée à suivre le destin des cités wallonnes dévastées par plus d'un demi siècle de socialisme (Verviers, Mons, Charleroi...). C'est dommage pour Liège que j'ai adorée et où j'ai étudié, mais si les gens s'évertuent à choisir des représentants médiocres, cela ne me concerne plus.

  • Posté par Steens Frédéric, mardi 14 septembre 2021, 19:22

    Et pendant ce temps, Mathot compte le pactole de ses commissions occultes et Moreaux le magot acquis en spoliant les contribuables. Une honte.

  • Posté par stals jean, mardi 14 septembre 2021, 18:44

    J'aime bien le mot de Christine Defraigne: Liège n'est pas "DETROIT...pas Détroit en effet cette ville américaine sacrifiée sur l'autel d'un certain néolibéralisme assassin... Christine Defraigne sait très bien aussi que Liège affublée du surnom : "Chicago sur Meuse" n'a pas démérité depuis que les voyous tous partis politiques confondus de chez PubliFin-Nethys et ses satellites L'Intégrale y compris, ont fait la une des médias du monde entier ou presque...mais Christine Defraigne fait partie de celles et de ceux qui pareille à des "enfants rois", des sales gosses de riches, ont exigé quelqu'en soit le prix ce Transport En Commun sur rail des années 1900 , les travaux y relatif qui rend fou pour des années les usagers des routes, ce tram de "centaines de millions", oui de centaines de millions dont le coût financier global sera absolument impossible à rentabiliser... Bonjour la "dette publique" ou la vente au privé qui fait rigoler les créanciers... les pensions des travailleurs de la Ville de Liège ont bons dos, on sent qu'on va encore "dégraisser" et puis on accusera les services publics tout azimut, Enseignement y compris de ressembler à ceux de DETROIT...Je suis liégeois pur jus, de tous ces irresponsables, de tous ces larrons en foire, j'ai les noms... Ah, oui j'oubliais la Cité Administrative 18 étages vides et en travaux depuis des années, sur ce temps la les chinois auraient reconstruit pour la moitié prix, 10 tours de 50 étages...hein, Christine...

  • Posté par Delpierre Bernard, mardi 14 septembre 2021, 17:02

    Quand on est gouverné par des gens qui n'ont jamais travaillé dur (et souvent d'ailleurs jamais travaillé du tout), qui n'ont aucune notion de l'importance des économies pour faire face aux imprévus, qui n'ont pour règles budgétaires que la satisfaction des exigences de ceux qui gueulent le plus fort, il ne fallait pas s'attendre à autre chose quand on sait qu'en plus la ville pratiquait des barèmes supérieurs de 10% à ceux en vigueur dans la fonction publique ; c'est d'ailleurs incompréhensible que pour les pensions publiques, il n'y ait pas une règle uniforme de mise à niveau avec les barèmes du fédéral et donc une interdiction aux régions , villes et communes de reporter le poids de leurs libéralités sur le budget fédéral des pensions.

  • Posté par Dewaele Danielle, mardi 14 septembre 2021, 16:58

    Il faut habiter Liège pour moralement toucher une pension communale. Mme DEFRAIGNE rêve ou délire ? N'est-ce pas elle l'Echevine responsable des Finances ? On n'attend pas la dernière minute pour faire une sortie médiatique...politique de bas étage. G. PETRE Lasne

Plus de commentaires

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs