Accueil Société

Le SLFP police invite ses membres à boycotter les services en prison

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Un des éléments qui a certainement incité les ministres de l’Intérieur et de la Justice à faire appel à l’armée pour organiser une série de services dans les prisons, c’est que le syndicat SLFP de la police (pas les autres syndicats policiers) a invité ses membres mis en renfort dans les prisons a se déclarer en grève. «  Quand ils annoncent qu’ils vont se déclarer en grève, on les oriente vers d’autres tâches, des tâches vraiment policières celles-là  » explique, pragmatiquement Vincent Gilles, le président du syndicat libéral de la police. «  Les effectifs des zones de police et de la police fédérale sont déjà trop peu nombreux de 3.700 équivalents temps plein. On a négocié âprement pour que des recrutements comblent cette carence sur la durée de la législation. Là, alors qu’on donne pleine priorité aux luttes antiterroristes, 1.000 équivalents temps pleins sont mobilisés dans les prisons. On leur conseille de demander une réaffectation de service vers des tâches réellement policières.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs