La France épinglée pour «des dérives du maintien de l’ordre» par Amnesty

B9717518599Z.1_20181107131302_000+G2NCCHNVH.1-0

L’usage prolongé de gaz lacrymogènes et de grenades pour disperser de nuit des centaines de participants à un free-party illégale à Redon (Ille-et-Vilaine) en juin, dont un a eu la main arrachée, est « emblématique des dérives du maintien de l’ordre en France », selon un rapport d’Amnesty International mardi.

La force n’était « ni nécessaire ni proportionnée » et les conditions d’intervention contraires aux « principes de base des Nations unies », dénonce ce rapport intitulé « Redon : Freeparty de la répression », réalisé à partir d’entretiens, d’articles et de vidéos.

De violents affrontements avaient éclaté dans la nuit du 18 au 19 juin entre les forces de l’ordre et des participants à une free-party non déclarée, organisée en hommage à Steve Maia Caniço, mort noyé à Nantes en 2019 à la suite d’une opération de police controversée. Plusieurs dizaines de blessés ont été recensés parmi les participants, selon Amnesty, et 11 chez les gendarmes.

Selon le préfet d’Ille-et-Vilaine les gendarmes avaient « essuyé toute la nuit des jets de cocktails Molotov, boules de pétanque, etc ». « Aucune violence n’a été observée de la part de participants avant l’intervention violente des forces de l’ordre », affirme de son côté Amnesty.

L’ONG critique un usage de la force « en premier recours », l’absence de médiation et des sommations « peu audibles ». Elle alerte le gouvernement français « sur l’urgence d’interdire les grenades explosives en maintien de l’ordre » et de « revoir les stratégies d’intervention pour qu’elles reposent sur des approches de dialogue et de désescalade ».

Mardi, le président français Emmanuel Macron doit justement annoncer à Roubaix un « contrôle indépendant » de « l’action des forces de l’ordre », selon l’Elysée.

A la suite des événements de Redon, la justice avait ouvert deux enquêtes pour « blessures involontaires » et pour « organisation illicite d’un rassemblement festif à caractère musical ».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous