Bruxelles: la vaccination encore à la traîne, les objectifs loin d’être atteints

d-20210514-GMNWND 2021-05-12 12_51_34

Les actions décentralisées, qui permettent de se faire vacciner en dehors des centres prévus à cet effet, rencontrent un succès grandissant à Bruxelles. La semaine passée, 34 % des vaccins ont été administrés par ce biais contre 25 % la semaine d’avant, indique mardi la responsable de la vaccination à Bruxelles pour le compte de la Commission communautaire commune (Cocom), Inge Neven, lors d’un point hebdomadaire de la situation.

Depuis plusieurs semaines, la Cocom met en place une campagne qui vise à diversifier les possibilités de se faire vacciner. Des projets ont notamment vu le jour dans des pharmacies ou dans des supermarchés. La semaine passée, la vaccination dans les grandes entreprises (STIB, Bpost et SNCB…) a été rendue possible et trois gares bruxelloises (Bruxelles-Central, Bruxelles-Midi et Schaerbeek) disposent désormais d’une antenne de vaccination.

Toutefois, la vaccination à Bruxelles n’atteint pas les objectifs espérés. « Il y a eu, en moyenne 9.700 injections par jour la semaine passée », indique Inge Neven. « On est encore loin de l’objectif de 16.000 injections journalières d’ici fin septembre. » Le problème réside dans le fait que le nombre de rendez-vous dans les centres de vaccinations stagne et que certaines actions n’ont pas le succès escompté. Par exemple, la vaccination en entreprise n’a ramené qu’une dizaine de personnes alors que la vaccination dans les supermarchés a attiré 550 personnes contre 800 la semaine précédente.

Une partie de la campagne de la Cocom est axée sur le public jeune, une catégorie de population dont le taux de vaccination demeure très faible. En effet, dans la capitale, seuls 44 % des 18-24 ans ont reçu une première dose et à peine 30 % des 12-17 ans. Afin de pallier cette situation, Des actions de sensibilisation ont été menées dans les écoles et un projet pilote devrait être mis en place cette semaine. Une stratégie qui semble porter ses fruits puisque la tranche d’âge des 12-17 ans a connu un bond vaccinal de 2 % la semaine passée.

La situation épidémiologique à Bruxelles est toujours problématique avec une incidence de 578 cas pour 100.000 habitants sur 14 jours et un taux de positivité de 6,9 %. Selon Inge Neven, ces chiffres élevés s’expliquent en partie par les nombreux retours de voyage. La Cocom a d’ailleurs décidé de réinstaurer la quarantaine obligatoire entre le premier (jour 1) et le deuxième test (jour 7) pour tous les voyageurs non vaccinés revenant de zone rouge et ce, à partir de vendredi.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous