Accueil Opinions Cartes blanches

Carte blanche: pour un Etat plus protecteur et plus efficace

La cession de la gestion de certains services publics par l’Etat à des privés n’est pas dépourvue de qualités. La crise sanitaire nous rappelle que l’État reste pourtant le seul filet de sauvetage digne de ce nom…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

S’il y a bien une chose que la pandémie a mise en évidence, c’est l’absolue nécessité de renforcer l’État et de mettre un terme, une bonne fois pour toutes, au rejet dogmatique de l’interventionnisme étatique. A l’approche d’une 7e réforme de l’État, et à l’heure où la crise sanitaire tend à sa fin, il est crucial de tirer les leçons de cette dernière et d’aborder cette réforme institutionnelle sous le prisme d’un Etat plus protecteur et plus efficace. Un Etat plus fort.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Goussaert Filip, mercredi 15 septembre 2021, 9:33

    Typiquement pour un élu PS...l'argent tombe du ciel....

  • Posté par Moriaux Raymond, mercredi 15 septembre 2021, 7:53

    Et bien, moi, j'ai lu l'article. Ce qui me permet d'affirmer qu'il s'agit d'une prise de conscience de la réalité aussi pertinente qu'extrêmement tardive. Voilà des lustres que celles et ceux qui sont ou ont été au cœur des préoccupations ici rappelées ont fait ces constats et les ont hurlés aux oreilles des responsables, tant de la conception des réformes elle-même que de leurs mises en œuvre. En pure perte, hélas.

  • Posté par J.-M. Tameyre, mardi 14 septembre 2021, 22:24

    Contrairement à ce qu'il convient de croire quand on est P$, notre monde n'est pas encore celui d'une clique d'assistés ni de profiteurs. Par contre, les innombrables scandales qui ont plombé ce parti (dans le désordre : Edmee De Groeve, Luc Partoune, Anne-Marie Lizin, les 3 Guy Coeme, Spitaels et Mathot, Stephane Moreau, Andre Cools, JC Van Cauwenberghe, Richard Carlier...) ont prouvé combien l'impunité pérenne de ce parti a donné à la fois des ailes à certains et coupé celles de la justice. Je n'ai pas lu l'article, le titre et la signature me font à eux seuls déjà gerber.

Aussi en Cartes blanches

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs