Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: une nouvelle étape franchie pour l’instauration du pass sanitaire

Les 19 bourgmestres ont donné leur accord de principe au lancement du Covid Safe Ticket. Mais il faut encore attendre le feu vert définitif du gouvernement bruxellois.

Journaliste service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Un pas de plus a été franchi, ce mercredi, vers l’instauration du Covid Safe Ticket (CST) en Région bruxelloise et ce, dès le 1er octobre prochain. Lors du Conseil régional de sécurité ce mercredi, les 19 bourgmestres ont apporté leur soutien unanime à la mise en place de la mesure telle que portée par le gouvernement bruxellois. « Lors du Conseil, il y avait effectivement l’unanimité du côté des bourgmestres pour aller vers l’instauration du contrôle de l’accès à certains lieux par le Covid Safe Ticket », confirme Olivier Maingain (Défi), bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert.

Les secteurs concernés ? De l’horeca aux lieux culturels en passant par les salles de sport et les dancings. Pour une entrée en vigueur début octobre donc. En principe. « La représentante du parquet a insisté pour que les textes juridiques soient soumis au préalable à l’avis du Conseil d’Etat, poursuit Olivier Maingain. Ce qui entraînera peut-être un petit délai mais cette sécurité juridique est nécessaire a priori s’il y a des sanctions liées au non-respect des obligations, ce qui est évidemment nécessaire. Il faut éviter toute controverse possible. C’est la seule question qui se pose mais l’objectif est là. ».

Même son de cloche du côté de Benoît Cerexhe. « Il y a un grand consensus du côté des bourgmestres pour avancer dans l’instauration du CST pour une série d’activités, horeca, clubs sportifs, manifestations culturelles, conférences et autres. Toute organisation qui rassemble du monde et ne représente pas un service essentiel comme les magasins par exemple, indique le mayeur de Woluwe-Saint-Pierre. Je pense que le gouvernement va déposer rapidement une ordonnance devant le Parlement pour permettre l’application uniforme du CST sur l’ensemble de la Région, dans un premier temps pour une période de trois mois ».

Les chiffres de contamination et de vaccination restent inquiétants voire mauvais à Bruxelles, appuie notre interlocuteur. « Les objectifs ne sont pas atteints aujourd’hui et on ne veut donc pas revivre une situation où nous devrions arrêter certaines activités ou dire à nos bars et restaurants qu’ils doivent refermer. La demande est là aussi du côté des citoyens de pouvoir continuer à se réunir lors d’événements sportifs », conclut Benoît Cerexhe qui mise aussi sur le fait que face à cette imposition, certains non-vaccinés pourraient revoir leur position.

On l’a compris, la Région bruxelloise avance donc dans le dossier du pass sanitaire. Même s’il reste encore des étapes à franchir dont la dernière sera l’aval de l’exécutif bruxellois, comme on le souligne prudemment du côté du ministre de la Santé, Alain Maron où l’on estime qu’il est trop tôt encore pour annoncer l’arrivée officielle du CST. « Rudi Vervoort (ministre-président, PS), Alain Maron et Barbara Trachte (ministre-présidente de la Cocom, Ecolo) mènent de nombreuses concertations sur la question », dit-on à son cabinet. Parmi celles-ci, les échanges avec les bourgmestres de ce mercredi. « Ces échanges font partie des concertations en cours dans le cadre de la rédaction de l’ordonnance », conclut-on en précisant que la décision finale « relève du gouvernement bruxellois ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par MAHIEU Olivier , jeudi 16 septembre 2021, 18:46

    et les écoles qui vont aller avec les enfants voir des musées , des expos, etc... ils vont devoir être obligé de demander le covdictature aux élèves , j'entends par élèves tout être humain inscrit dans une école... c'est une DISCRIMINATION.

  • Posté par Morissens Pierre-marc, jeudi 16 septembre 2021, 8:28

    Le pass sanitaire ne fonctionne pas. J'ai eu le Covid récemment et je suis guéri. Je dispose des attestations de médecin et de tests sanguins qui le prouvent. Mais je n'aurai pas de pass sanitaire pour une sombre affaire de règles administratives invoquées par Sciensano. Mes plaintes sont rejetées sans état d'âme par Sciensano ou le Ministère de la Santé. Je suis donc discriminé alors que je remplis pourtant une des 3 conditions d'accès au pass sanitaire : une guérison du Covid. Sciensano privilégie ainsi de fait certaines catégories d'accès au pass sanitaire (les vaccinés...) et, à mon avis, truque ses statistiques en écartant des cas comme le mien.

  • Posté par P AR, jeudi 16 septembre 2021, 1:55

    Ils s'en foutent de la Constitution. Ou sont les défenseurs de l'Etat de droit ?

  • Posté par Mourmaux Jean-François , jeudi 16 septembre 2021, 1:32

    Agathe très agacée ;-)

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 16 septembre 2021, 0:52

    Donc vous êtes ensardinés dans les transports publics ou les magasins sans problème, mais on vous discrimine pour s'asseoir à une table à deux mètres des autres ? Alors que votre état de santé est d'ordre privé. Alors que la discrimination est interdite, spécifiquement pour raison de santé. Alors que le con qui vous contrôle n'est lui-même pas vacciné... Tout ceci est anticonstitutionnel. Tout qui a prêté serment de respecter et défendre la Constitution a le DEVOIR moral de refuser cette avanie ! Pour ma part j'irai en Flandre ou Wallonie. Ou je demanderai au manndaïe s'il a un certificat lui-même. Et une habilitation à me demander mon identité !

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs