Accueil Monde

Non, les Afghanes ne peuvent pas vraiment «faire des études supérieures selon la loi islamique»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

Pendant les 20 années d’occupation américaine, le droit à l’éducation des femmes et filles a largement progressé en Afghanistan. Lors des précédentes années noires talibanes, elles étaient bannies de l’espace public et de toute forme d’éducation. Alors les talibans ont vite assuré vouloir maintenir cette évolution sociétale, leur permettant d’étudier « selon la loi islamique ».

Mais au fil des jours, de nombreuses Afghanes et spécialistes interrogés par Le Soir ont manifesté leur scepticisme. Aujourd’hui, les talibans ont clarifié ce qu’ils entendaient par « loi islamique ». Les femmes devraient théoriquement pouvoir étudier en habit noir, séparé des hommes, avec des professeures, dans des locaux spécifiques avec des entrées et sorties différenciées dans le bâtiment. Se pose alors la bête question de la logistique : les universités ont-elles toutes des bâtiments adaptés à cet enseignement différencié ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs