Accueil Planète Climat

La Belgique toujours fracturée sur sa politique climatique

Un vent de division souffle toujours entre les entités belges qui doivent se répartir les objectifs climatiques de notre pays. Un accord pour la COP de Glasgow ? Optimiste.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Vous avez (peut-être) aimé le « burden sharing », saison 1 ? Vous allez adorer la saison 2 qui débarque sur nos écrans. Mais si la première s’est traînée (six ans de palabres quand même…), la prochaine ressemblera à un Blitzkrieg. Au menu : le retour de la vengeance du partage des objectifs climatiques de la Belgique entre le fédéral et les trois Régions. Promis juré, ont dit les quatre l’hiver dernier, il y aura un accord politique pour la COP26, le sommet mondial sur le climat qui se déroulera à Glasgow du 1er au 12 novembre prochain. Les optimismes de l’époque sont aujourd’hui moins fringants…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 7 novembre 2021, 15:19

    "Alors que le dernier rapport du Giec dresse un tableau très inquiétant du climat dans les prochaines décennies, alors que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) appelle à abandonner toutes affaires cessantes les énergies fossiles, voilà que la Belgique prend un chemin inverse. Elle investit dans les centrales à gaz pour remplacer le nucléaire, dont elle a décidé la fin. Pourtant, aujourd’hui encore, le royaume figure grâce à l’atome parmi les bons élèves européens en matière d’émissions de CO2. Mais il pourrait être, selon le think tank britannique Ember, à l’avant-dernière place en 2030, juste derrière la Pologne, un pays gavé au charbon. Ember estime qu’à cet horizon près de 60 % de l’électricité produite en Belgique le serait à partir d’énergies fossiles, contre… 37 % en 2020. « La Belgique est le pays du surréalisme et de Magritte ! » ironise Serge Dauby, directeur général du Forum nucléaire belge." LE POINT

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 7 novembre 2021, 14:08

    La mal-information, voire la désinformation quant au vrai coût d’un système électrique basé sur les renouvelables est précisément un des problèmes. « Pendant des années, on a menti aux gens en leur promettant que les renouvelables permettaient de lutter contre le réchauffement climatique, que cela créait de l’emploi, que leur coût était compétitif par rapport au nucléaire… Tout est faux. Ces chiffres, donnés par la filière, ont été gobés par des journalistes et des politiques trop heureux de passer à peu de frais pour modernes et écolos. » Pareil pour tout le reste, depuis les ours blancs, en passant par le caractère anthropique et le soi-disant rôle déterminant du CO2.

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 7 novembre 2021, 14:08

    La mal-information, voire la désinformation quant au vrai coût d’un système électrique basé sur les renouvelables est précisément un des problèmes. « Pendant des années, on a menti aux gens en leur promettant que les renouvelables permettaient de lutter contre le réchauffement climatique, que cela créait de l’emploi, que leur coût était compétitif par rapport au nucléaire… Tout est faux. Ces chiffres, donnés par la filière, ont été gobés par des journalistes et des politiques trop heureux de passer à peu de frais pour modernes et écolos. » Pareil pour tout le reste, depuis les ours blancs, en passant par le caractère anthropique et le soi-disant rôle déterminant du CO2.

  • Posté par Weissenberg André, vendredi 17 septembre 2021, 17:17

    Les "élites" politiques belges sont encore toujours victimes du climatisme! Cette comédie a pourtant assez duré! À la poubelle toute cette coûteuse supercherie! Investissez donc les moyens financiers réclamés par cet inepte et insignifiant objectif de réduction des gaz à effet de serre (pcq inférieur à l'effet d'une goutte d'eau dans l'ensemble des océans de la planète) dans l'adaptation au(x) changement(s) climatique(s) et en particulier à la prévention des dégâts des phénomènes météorologiques extrèmes. Réchauffement aujourd'hui, mais peut-être à nouveau refroidissement demain, si l'oscillation primaire entre les deux tendances selon un cycle de 15 à 25 ans à laquelle obéit notre météo se vérifiait. Le CO2 n'y est pour rien.

  • Posté par Groetaers Jean-Pierre , vendredi 17 septembre 2021, 15:27

    Et si ces ministres belges et leurs accompagnateurs restaient à la maison !

Plus de commentaires

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs