Accueil Société

Les plaintes contre les policiers ont augmenté de 11% en 2020

Dans le top 3 des plaintes judiciaires à l’encontre de policiers, on trouve des faits de coups et blessures volontaires (72 dossiers), des violations du secret professionnel (51) et des menaces (32).

Temps de lecture: 1 min

Le nombre de plaintes contre des policiers, traitées par l’Inspection générale de la police (IAG), a augmenté de 11% entre 2019 et 2020, ressort-il du dernier rapport d’activité de ce service évoqué vendredi dans les journaux du groupe Sudpresse.

L’Inspection générale de la police peut être saisie d’une plainte par un citoyen mais aussi par un service de police ou par des policiers qui dénoncent des comportements au sein même de leur service.

En 2020, quelque 919 enquêtes individuelles ont été menées, contre 830 en 2019, soit une hausse de 11%. Ce sont surtout les dossiers administratifs qui ont connu la plus forte progression (+75%, de 277 à 485). «Cette augmentation notable s’explique principalement par le renouvellement et la simplification du formulaire de plainte en ligne sur le site de l’IAG, mais aussi en partie par une augmentation des plaintes contre les policiers dans le contexte de la pandémie Covid», précise le rapport.

Dans le top 3 des plaintes judiciaires à l’encontre de policiers, on trouve des faits de coups et blessures volontaires (72 dossiers), des violations du secret professionnel (51) et des menaces (32).

Ces chiffres ne reflètent cependant pas l’ensemble des plaintes enregistrées contre des policiers. Les parquets ou le Comité P par exemple sont d’autres lieux où le citoyen peut déposer plainte.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Degive Albert, vendredi 17 septembre 2021, 9:48

    Et alors, mr le juge, le policier m'a regardé droit dans les yeux et m'a ordonné : "Papiers, svp". J'en tremble encore... :-)

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko