Accueil La Une Opinions

A la fête de l’iris, le gratin politique en service minimum (surtout les wallons)

Point de Charles Michel, de Rudy Demotte, de Paul Magnette ou de Geert Bourgeois. Aucun chef de gouvernement n’a fait le déplacement.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C’est dans les moments difficiles qu’on reconnaît ses amis. » La phrase a été prononcée par le vice-président du parlement bruxellois, Fouad Ahidar (SP.A), ce samedi à l’occasion des discours politiques donnés pour la 27e fête de l’Iris. Petit test au cœur de la réception, entre petits fours et verres de mousseux, au soleil (il y a franchement pire, en matière d’obligations).

Pour soutenir Bruxelles en ces moments difficiles (lockdown de novembre, attentats terroristes, bashing international), on a croisé les ministres François Bellot et Maggie De Block du fédéral, Rachid Madrane de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Sven Gatz de l’exécutif flamand. Point de Charles Michel, de Rudy Demotte, de Paul Magnette ou de Geert Bourgeois. Aucun chef de gouvernement n’a fait le déplacement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs