Accueil Société

Steven Van Gucht met en garde contre une 4e vague: «Des modèles montrent qu’il existe un potentiel risque»

Le virologue Steven Van Gucht insiste sur le fait qu’il ne faut pas assouplir les règles concernant le port des masques car il existe encore un « potentiel risque pour une quatrième vague majeure », explique-t-il sur Radio 1.

Temps de lecture: 2 min

Pour le virologue Steven Van Gucht, assouplir les règles du port du masque ne doit pas être décidé ce vendredi lors du Comité de concertation. « Le monde politique veut toujours aller un peu trop vite… », a-t-il tonné ce matin sur Radio 1. Il explique qu’il faut attendre le bon moment. « Il existe encore des modèles – tant en Belgique qu’à l’étranger – qui montrent qu’il existe un potentiel risque pour une quatrième vague majeure avec une forte charge, et même une surcharge, pour les hôpitaux ». Et ce malgré, la vaccination.

L’incertitude demeure quant à l’efficacité du vaccin dans le temps pour le virologue et au nombre de personnes non-vaccinées. Il tempère néanmoins, car en cas de nouvelle vague, des mesures « douces » permettraient de la surmonter.

Le comité de concertation se réunira ce vendredi à 14h. Les représentants des différents gouvernements du pays se retrouveront au Palais d’Egmont à Bruxelles pour faire le point sur l’évolution de la situation épidémiologique et se prononcer sur les mesures toujours en vigueur, en particulier le port du masque.

Le Premier ministre, Alexander De Croo, mais également le ministre-président flamand, Jan Jambon, se sont prononcés en faveur d’un assouplissement conséquent de l’une des dernières mesures sanitaires qui touchent toute la population, estimant qu’elle ne s’indiquait plus que dans des lieux pas assez ventilés où la proximité entre les gens est trop grande comme les transports publics. L’idée serait d’inverser la logique actuelle et de ne plus délimiter que quelques exceptions. Le ministre fédéral de la Santé, Frank Vandenbroucke, s’est montré beaucoup plus réservé. La solution sera donc un compromis entre ces tendances, commentait-on jeudi à bonne source.

La présidente du groupe d’experts qui conseillent le gouvernement (GEMS), Erika Vlieghe, a mis en garde dès dimanche contre la tentation de relâcher trop vite la mesure. Un rapport du GEMS datant de mardi va dans ce sens. Il adresse un avertissement aux dirigeants politique face à une remontée des contaminations et des hospitalisations à la faveur de l’automne et demande qu’un plan d’urgence soit mis en place si la situation venait à se détériorer. Aux yeux des experts, le port du masque doit demeurer une obligation à l’intérieur lorsque se côtoient des gens dont le statut vaccinal, immunitaire ou de test est inconnu ainsi qu’en cas de forte densité de fréquentation.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Billington Peter, vendredi 17 septembre 2021, 20:59

    Il est préférable de voir le côté positif. Nous nous approchons de l'automne, le port du masque permet d'éviter les microbes véhiculés par la foule : grippe, bronchite, pneumonie, rhino-pharyngite, angine et covid etc... Je préfère mettre un masque dans les endroits fréquentés tels que des magasins plutôt que d'être malade, même d'une grippe. Mais je suis âgé et donc plus fragile. Je comprends que pour les jeunes et ceux en bonne santé, le port du masque est une servitude.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 17 septembre 2021, 22:52

    Et pour mémoire, en hôpital et en "temps normal", on fait porter un masque chirurgical au patient malade contagieux (qui peut émettre des aérosols contaminants) ; et ce sont les chirurgiens et infirmières de bloc qui portent ces mêmes masques lors d'une opération, pour éviter de contaminer le patient soigné qui est particulièrement vulnérable pendant la chirurgie, ce n'est donc pas pour se protéger eux-mêmes.

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, vendredi 17 septembre 2021, 22:45

    Malheureusement, ce que vous n'avez pas bien compris M. Billington, c'est que ce n'est pas tant le masque que vous portez qui vous protège le plus (un peu tout de même, surtout si c'est un FFP/2 ou un FFP/3), mais c'est bien le fait que tout le monde en porte un dans les "endroits à risque" (confinement et/ou mauvaise aération des lieux)... C'est l'accumulation des aérosols émis qui représente la vraie menace, et on ne l'évite au mieux qu'en faisant porter un masque à tous.

  • Posté par hemmer arthur, vendredi 17 septembre 2021, 14:08

    Ce Monsieur qui est "mandaté" pour donner son avis a une connaissance des sociétés et des individus nulle ! Sinon il comprendrait que pour l'immense majorité des 8500000 belges vaccinés , son discours est inaudible voire choquant.C' est avec ce type de profil, souvent flamand, qu'on nous matraque depuis 18 mois ...et que Le Soir soutient implicitement en le publiant.

  • Posté par massacry olivier, vendredi 17 septembre 2021, 18:04

    Curieux d'entendre quelles auraient été vos solutions à vous, le grand savant !

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs