Accueil Médias

La RTBF licencie une cadre soupçonnée d’avoir fait fuiter le vrai salaire de l’administrateur général

Réuni vendredi après-midi, les administrateurs ont confirmé, par 11 voix contre 1, la décision de démission d’office de Christine Sprumont (licenciement avec effet immédiat, mais avec conservation du droit au chômage et de pension) prise précédemment par le conseil de discipline de l’entreprise publique.

Temps de lecture: 2 min

Le conseil d’administration de la RTBF a validé vendredi le licenciement d’une cadre soupçonnée d’avoir fait fuiter en 2019 le salaire réel de l’administrateur général de la radio-télévision publique Jean-Paul Philippot, bien supérieur au plafond légal de 245.000 euros.

Réuni vendredi après-midi, les administrateurs ont confirmé, par 11 voix contre 1, la décision de démission d’office de Christine Sprumont (licenciement avec effet immédiat, mais avec conservation du droit au chômage et de pension) prise précédemment par le conseil de discipline de l’entreprise publique.

L’information a été confirmée vendredi par son avocat ainsi que la RTBF.

L’affaire

Ancienne responsable du service administratif des ressources humaines de la Cité Reyers, Mme Sprumont est soupçonnée d’avoir fait fuiter les rémunérations réelles du patron de la RTBF afin de saper sa crédibilité, ce que conteste l’intéressée, engagée depuis des mois dans un bras-de-fer administrativo-juridique avec son employeur.

Selon le magazine Le Vif de cette semaine, qui consacre une enquête à cette affaire, Mme Sprumont avait signalé dès 2018 en interne que le salaire de l’administrateur général tel que publié dans les rapports annuels de la RTBF depuis 2016 n’était pas conforme à la réalité, M. Philippot touchant bien au-delà du plafond légal de 245.000 euros bruts défini par le gouvernement de la Fédération en 2012 déjà.

D’après Le Vif, un rapport d’un cabinet d’avocats spécialisés avait d’ailleurs alerté l’administrateur général de cette situation dès 2017, mais ce dernier n’aurait rien entrepris pour corriger le tir.

Déjà évoqués par le passé, ces dépassements de salaires de M. Philippot allaient toutefois faire l’objet de nouvelles révélations dans la presse fin 2019.

Embarrassée, la ministre des Médias, Bénédicte Linard (Ecolo), allait alors contraindre M. Philippot à rembourser quelque 60.000 euros de trop perçus pour la période 2014-2018, tout en lui demandant d’abandonner 40.000 euros de bonus pour l’année 2019.

Interrogée vendredi, la RTBF n’a pas souhaité commenter la décision de son conseil d’administration.

Contacté par Belga, l’avocat de Mme Sprumont, Me Xavier Close, a confirmé de son côté qu’il contesterait la sentence devant le Conseil d’État.

À lire aussi Jean-Paul Philippot (RTBF): «Face aux Gafa, il faut d’urgence un écosystème de médias locaux»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

64 Commentaires

  • Posté par Lucas Ariane, mercredi 29 septembre 2021, 16:35

    Par CHARLES Lucas. Si Philippot se débarrasse d'une employée parce qu'elle a révélé son excès de salaire, c'est lui qu'il faut licencier. Qu'est-ce que c'est que cette ambiance de vendetta ! Une administration, ça doit être sérieux, cool, gentil et modeste. S'il veut jouer aux tueurs, que Philippot travaille pour TF1.

  • Posté par Howdare You, lundi 20 septembre 2021, 10:08

    Ne tombez pas dans le piège selon lequel un haut salaire du CEO permet d'engager des dirigeants providentiels. Les statistiques montrent qu'il n'y a aucune corrélation entre la performance d'une entreprise et la rémunération de son management (selon Daniel Kahneman, prix nobel d'économie). Mais ces CEO sont certainement les plus doués pour faire croire qu'ils sont providentiels. En ce qui concerne Philippot, cette histoire est révélatrice de l'entre-soi de la presse belge. Si on avait une presse pluraliste, ce scandale ferait la une des médias. Dans le microcosme de la Belgique francophone, où tous se connaissent, ou tous dépendent du bon vouloir de Philippot pour exister médiatiquement, on met ce scandale sous le tapis. Incroyable que "voler" plusieurs centaines de milliers d'euros n' a aucune conséquence mais que le révéler est considéré comme une faute grave...

  • Posté par GERDAY Michel, lundi 20 septembre 2021, 9:51

    Administration publique, salaire public !

  • Posté par Hans José, dimanche 19 septembre 2021, 15:42

    En Belgique, le salaire du CEO d'une grosse entreprise est 10 fois plus élevé que le plafond autorisé dans le secteur public. Ce n'est évidemment pas ainsi que le secteur public aura des gestionnaires valables.

  • Posté par Delpierre Bernard, dimanche 19 septembre 2021, 17:21

    @Hans josé, et aux USA c'est même 300 à 400 plus que le salarié le moins payé et pourtant les entreprises US ne déparaient pas dans le paysage des années 60 avec des écarts de maximum 30 à 40 fois plus, c'était tout aussi efficace et plus éthique. En quoi d'ailleurs les entreprises publiques fonctionnent moins bien avec ces limitations, ni la RTBF ni la Stib, ni la Sncb n'ont que je sache souffert dans leur gestion de cette réglementation.

Plus de commentaires

Aussi en Médias

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs