Accueil Société

«Maladie de Lille»: faut-il s’inquiéter de ce virus?

Bon nombre de Lillois seraient actuellement malades, touchés par une mystérieuse angine généralisée.

Temps de lecture: 3 min

L’histoire est relatée par nos collègues de la Voix du Nord. Sur les réseaux, la « maladie de Lille » agite les conversations. « J’vous jure y’a une épidémie à Lille je ne connais pas une personne qui n’a pas la crève depuis deux semaines », dit l’une. « Qui a la maladie de Lille ici ? », s’interroge une autre. Des milliers de messages relayés, des centaines de réponses, sur Twitter, pour témoigner d’un virus qui circulerait fort dans la région lilloise. Elle est décrite comme « une sorte d’angine que tout le monde a attrapée », avec pour symptômes des maux de gorge, une extinction de voix, de la toux, etc.

Toutes les hypothèses sont mises sur le gril, des plus lambdas (les conséquences d’un changement de climat, les gestes barrières qui tombent) aux plus farfelues, donc. Certains esprits malins évoquent un épicentre dans le quartier des fêtards.

Pourtant, au-delà du vernis comique, beaucoup de messages sérieux semblent constater une recrudescence de pathologies dans leur entourage, se rapprochant visiblement d’une angine. Des symptômes qui poussent évidemment, au regard du contexte sanitaire, à une multiplication de tests PCR. « Ils reviennent tous négatifs, tout va bien », souligne l’un.

Et les médecins, qu’en pensent-ils ? Ont-ils constaté un retour marqué de la rhino-pharyngite ou de l’angine ? « J’ai une activité normale, assure Walid Hanna, généraliste au Faubourg-de-Béthune. Pas plus, pas moins, et pas spécifiquement des angines. » « Ce sont des pathologies assez fréquentes, notamment au moment des changements de climat, note le docteur Audrey Lombart, qui exerce dans le centre. Je n’ai pas d’angine bizarroïde, pas d’activité anormale, on a beaucoup d’herpangine en ce moment (pied-main-bouche). En revanche, si vous avez de la toux et des maux de gorge, le réflexe c’est effectivement de faire un test PCR. »

Philippe Froguel, patron de l’EGID et généticien, sourit devant ce qu’il appelle « l’effet Covid ». « Aujourd’hui, dès que quelqu’un a un pet de travers, il y a un mécanisme de lanceur d’alerte qui se déclenche. En 2020, c’est intéressant de noter que les recherches de symptômes liés au Covid sur Google ont précédé l’apparition concrète et les alertes au niveau de l’ARS ou des généralistes. En tout cas, c’est marrant parce que j’ai moi aussi remarqué que dans mon labo, plusieurs personnes ont une extinction de voix. Mais je ne pense pas qu’un truc se passe à Lille, particulièrement, on n’a rien qui le démontre. D’ailleurs, ceux à qui cela arrive, ici, sont ceux qui portent le moins le masque… »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Delandtsheer Jean, samedi 18 septembre 2021, 13:46

    "au moment des changements de climat" ne serait-ce pas plutôt au moment des CHANGEMENTS DE SAISON ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko