Accueil Société

Affaire Chovanec: une nouvelle expertise écarte l’hypothèse d’un décès lié à des tiers

L’expertise collégiale et contradictoire, avec donc participation d’experts mandatés par la partie civile, conclut que le décès de Jozef Chovanec est dû à un œdème cérébral, lié selon toute vraisemblance aux coups qu’il s’est donnés en se frappant la tête contre les parois de sa cellule de l’aéroport de Charleroi.

Temps de lecture: 2 min

Une nouvelle expertise estime, dans l’« affaire Chovanec », que le ressortissant slovaque décédé en février 2018 a perdu la vie à cause des coups qu’il s’était lui-même infligés, et non à la suite des gestes des policiers qui l’avaient maîtrisé ou à ceux des secours qui lui avaient injecté un calmant. L’information est révélée samedi par RTL Info et confirmée par une source proche de l’enquête.

L’expertise collégiale et contradictoire, avec donc participation d’experts mandatés par la partie civile, conclut que le décès de Jozef Chovanec est dû à un œdème cérébral, lié selon toute vraisemblance aux coups qu’il s’est donnés en se frappant la tête contre les parois de sa cellule de l’aéroport de Charleroi.

L’homme était décédé quelques jours plus tard à l’hôpital.

En ce qui concerne l’intervention des policiers dans la cellule, dont les images vidéo avaient interpellé l’opinion publique par leur apparente violence, les experts écartent l’hypothèse d’un étouffement de Jozef Chovanec.

« Ni l’examen clinique d’admission à l’hôpital ni les constatations de l’autopsie n’ont permis de mettre en évidence des signes cliniques de manque d’oxygène. Nous n’avons pas constaté de traces traumatiques susceptibles de démontrer un manque d’oxygène », écrivent les experts, dans un extrait dévoilé par RTL. En revanche, « le décès est à mettre en rapport avec un état de mort cérébrale causé par un œdème qui peut être relié de manière tout à fait plausible aux nombreux et violents impacts de la tête de Monsieur Chovanec contre le mur du cachot ».

L’exactitude de ces extraits est confirmée par une source proche de l’enquête.

La reconstitution des faits aura lieu les 27 et 28 septembre. Ces conclusions seront officiellement remises ensuite.

Contactée samedi soir, l’avocate des trois policiers qui ont immobilisé Jozef Chovanec en cellule indique que ces conclusions sont un élément important pour la suite de l’affaire. « Rien ne démontre à ce stade que l’intervention de mes clients a un lien avec le décès », souligne Hayat Karim.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Raurif Michel, dimanche 19 septembre 2021, 13:33

    Monsieur Chovancc voulait nourrir, il à tout fait pour cela et maintenant, qu'il est mort, ce qu'il voulait, pourquoi vouloir à tout prix y impliquer des policiers, alors que ceux-ci ne sont intervenu que pour une seule et unique chose : lui sauver la vie !!!! Quelqu'un peut m'expliquer ?

  • Posté par Martin Roland, dimanche 19 septembre 2021, 18:28

    Le problème, c'est l'enfoirée faisant le salut nazi pdt que ce Monsieur était en train de décéder ...

  • Posté par Wathelet Michel, dimanche 19 septembre 2021, 6:53

    A chaque nouvel expert, une nouvelle hypothèse. C'est lent, c'est cher et c'est stérile. Lorsque la justice aura assez d'hypothèses dans son chapeau, on pourra en tirer une au hasard, avec un peu de chance ce sera la bonne et l'affaire sera close.

  • Posté par Moriaux Raymond, dimanche 19 septembre 2021, 0:22

    Quand je pense que certains pensaient pouvoir rendre le médecin des urgences responsable de son décès ...

  • Posté par G Jean Luc, samedi 18 septembre 2021, 22:22

    Un mort ... par hasard! il me parait évident que quand on coupe une artère, ce n'est pas la coupure qui fait mourir mais plutôt la perte de sang => le coupeur est innocent.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko