Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Daniel Renders, ancien entraîneur adjoint du Sporting d’Anderlecht: «Au Standard, il faut avoir les nerfs très solides»

Le 15 décembre 2019, le Standard et Anderlecht partageaient l’enjeu dans le chaudron de Sclessin. Les deux frères ennemis ne le savaient alors pas mais ils n’allaient plus revivre pareille ambiance dans un match si particulier durant de très nombreux mois : 21 plus précisément ! Jusqu’à ce dimanche…

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

L’équipe anderlechtoise ayant été fortement remaniée depuis leur dernier match à Sclessin, les Mauves vont dès lors, pour la plupart, découvrir cette atmosphère si particulière. En effet, de l’équipe qui a étrillé Malines dimanche dernier, il n’y a que le gardien Van Crombrugge, ainsi qu’Amuzu et Verschaeren (qui étaient tous deux remplaçants à l’AFAS Stadion) qui ont pris part au dernier Clasico avec un stade rempli. Un manque d’expérience qui pourrait pénaliser les Anderlechtois ? « On ne peut pas dire que, si le RSCA est battu, ce ne sera qu’à cause de cela. Mais c’est clair que ce manque d’expérience pourrait jouer », réagit Daniel Renders, qui sait très bien de quoi il parle puisqu’il a connu de nombreux Clasicos lorsqu’il était entraîneur adjoint au RSCA, entre 2002 et 2015. « Il faut avoir les nerfs très solides. Rien qu’à l’échauffement, tu es déjà sous pression. Pour gérer cela, il faut un gros self-control, il faut des garçons qui ont l’habitude de cela.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Anderlecht

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs