Accueil Monde Asie-Pacifique

Crise des sous-marins français: l’Australie avait de «profondes et sérieuses réserves»

La France est furieuse de la décision de l’Australie de se retirer d’un contrat de 56 milliards d’euros pour l’achat de sous-marins français en faveur de navires américains.

Temps de lecture: 2 min

Le Premier ministre australien Scott Morrison a déclaré dimanche que le gouvernement français savait que Canberra avait de « profondes et graves réserves » concernant les sous-marins français, avant que l’accord d’achat ne soit rompu la semaine dernière.

M. Morrison a déclaré qu’il comprenait la « déception » du gouvernement français, mais a ajouté qu’il avait soulevé les problèmes liés à l’accord « il y a quelques mois », comme d’autres ministres du gouvernement australien.

« Je pense qu’ils auraient eu toutes les raisons de savoir que nous avions de profondes et graves réserves quant au fait que les capacités du sous-marin de classe Attack ne répondaient pas à nos intérêts stratégiques et nous avions clairement indiqué que nous prendrions une décision basée sur notre intérêt stratégique national », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse à Sydney.

M. Morrison a déclaré qu’il aurait été « négligent » d’aller de l’avant avec ce contrat malgré les conseils des services australiens de renseignement et de la défense, qui estimaient que cela irait à l’encontre des intérêts stratégiques de l’Australie. « Je ne regrette pas la décision de faire passer l’intérêt national de l’Australie en premier. Je ne le regretterai jamais », a-t-il déclaré.

S’exprimant sur Sky News Australia plus tôt dans la journée de dimanche, le ministre de la défense Peter Dutton a déclaré que son gouvernement avait été « franc, ouvert et honnête » avec la France sur ses préoccupations concernant l’accord, qui a dépassé le budget et pris des années de retard.

Le ministre a déclaré comprendre la « contrariété des Français », mais que « les suggestions selon lesquelles le gouvernement australien n’a pas signalé ses inquiétudes défient, franchement, ce qui est dans le dossier public et certainement ce qui a été dit publiquement pendant une longue période ».

La France est furieuse de la décision de l’Australie de se retirer d’un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) pour l’achat de sous-marins français en faveur de navires américains à propulsion nucléaire. Elle a rappelé ses ambassadeurs à Canberra et Washington et accusé ses alliés de « mentir » sur leurs projets.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Vanden Eynde Luc GME, lundi 20 septembre 2021, 15:52

    Oui, mais alors, pourquoi commander français ? J'espère que la France s'est suffisamment prémunie contre une annulation. En tous les cas, çà ressemble à une belle arnaque organisée par Biden et l'inconditionnel caniche british trop fier de se prévaloir de la "relation spéciale" qui lui permet de se faire avoir (terme poli) prioritairement par son ex-colonie. Le Churchill du pauvre a encore frappé. L'Australie a suivi, comme toujours, pour la Corée, le Viêt-Nam, etc. Down under, rien de nouveau.

  • Posté par Corbiaux Thierry, lundi 20 septembre 2021, 7:38

    L'autonomie des bateaux à propulsion nucléaire est beaucoup plus importante que les bateaux à moteur diesel. Etant donné les distances que ces bateaux devront naviguer pour sécuriser le pays et ses alliées locaux, c'est plus malin. D'autre par l'Australie est une situation stratégique pour les USA.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, lundi 20 septembre 2021, 12:50

    Sauf que c'est l'Australie qui avait demandé la propulsion conventionnelle...

  • Posté par Giefvan Agathe, dimanche 19 septembre 2021, 17:10

    Si l'Australie et/ ou l'Amérique US considèrent que leur intérêt stratégique est en danger, il leur faut simplement calculer si cela couvre le prix à payer. Si la France n'a pas prévu d'indemnité pour rupture de contrat, elle a eu tort. Si elle l'a fait et que les A.US paient, où est le problème ? Ce n'est que si ces derniers se dérobent que la réaction française s'explique. Question d'argent, pas question d'alliances.

  • Posté par Joute Dodo, dimanche 19 septembre 2021, 15:47

    Très clairement les USA orientent leur politique étrangère sur une concurrence, éventuellement une confrontation avec la Chine. A ce titre, l'Australie est stratégique et l'Europe est considérée par les USA comme ne l'étant pas. L'Europe a été considérée comme stratégique lorsqu'il y avait confrontation permanent entre les USA et L'URSS de 1945 aux années 1990, de Yalta à Gorbatchev. Plus maintenant. Profitons-en pour construire au moins une armée européenne commune, sans les américains et avec d'autres alliés. Cela nous évitera d'aller nous embourber à nouveau dans une guerre américaine qui ne sert que les intérêts américains (comme l'Irak, la Syrie, l'Afghanistan) et dont les conséquences sont pour nous.

Plus de commentaires

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs