Accueil Sports Basket International

Philip Mestdagh n’est plus l’entraîneur des Belgian Cats: «Moi, je voulais continuer»

Le coach des Cats réagit à leur séparation prétendue « de commun accord ».

Temps de lecture: 2 min

Lorsque Philip Mestdagh a pris connaissance qu’il « mettait un terme à ses activités de coach des Belgian Cats de commun accord », via le communiqué envoyé samedi midi par la fédération, le Yprois de 58 ans, à la tête de l’équipe nationale depuis 6 ans avec un bilan éloquent de 61 victoires en 89 matchs conclu par un quart de finale historique aux Jeux olympiques cet été, a été le premier… surpris !

« Surpris et déçu, même si c’est la loi du métier d’entraîneur que d’être un jour licencié. Nous nous étions rencontrés le matin même, un mois après une première réunion de débriefing, il est vrai sans aucun signal depuis lors et conscient d’être arrivés à la fin d’un cycle. Mais je pensais que nous allions nous accorder sur une nouvelle proposition. J’étais prêt et très motivé à continuer, tout en changeant certaines choses. Mon nouveau club, Saint-Amand, m’y encourageait. Mon staff me soutenait, les Cats aussi. Je pense que les résultats que nous avons atteints ces dernières surpassent le potentiel intrinsèque de l’équipe. Mais visiblement, la place de la Belgique au sein du gratin mondial ne suffit pas. Cela ne me semble pas réaliste et cette décision, prise par Koen Umans (NDLR : manager des Cats) et Sven Van Camp (directeur technique de la fédération flamande), comporte un grand risque par rapport à l’avenir, sachant que la prochaine échéance se profile déjà dans un mois et demi. »

C’est donc avec amertume que l’artisan de la progression continue des Cats depuis 2015, qui en fait la 6e sélection mondiale actuelle, cède le flambeau. « Je rappelle que nous sommes partis de nulle part. Et je regrette ce manque de respect. C’est dommage. Il faut tourner la page, mais ce n’est pas facile quand on a investi autant d’énergie et de motivation dans un projet. J’en conserve néanmoins beaucoup de fierté et je n’ai aucun regret. Je peux regarder tout le monde en face. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Wathelet Michel, lundi 20 septembre 2021, 5:43

    Probablement quelqu'un qui veut profiter du travail bien fait.

Aussi en International

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir