Accueil Le direct Le direct économie

Restructuration X-Air Services: une première réunion "décevante" pour les syndicats

Une réunion entre la direction de la société de maintenance aéronautique X-Air Services et les syndicats lundi a été qualifiée de "décevante" par les représentants de travailleurs. Il s'agissait de la première réunion depuis l'annonce par la direction de son intention de supprimer 65 équivalents temps plein sur 101 travailleurs sur son site de Bierset (Liège).
Temps de lecture: 2 min

"Cette réunion était décevante car nous n'avons pas obtenu de réponses de la part de la direction qui rejette le problème vers son actionnaire, qui a décidé de transférer ses avions vers (l'aéroport de) Charles De Gaulle" en France, a réagi auprès de Belga Vicky Hendrick, secrétaire permanente CGSLB.

ASL Airlines Belgium, actionnaire à 50% de X-Air Services et son principal client, a en effet décidé de transférer la maintenance de 20 de ses 26 avions vers l'aéroport parisien. Dès lors, la société de maintenance basée à Liège a annoncé vouloir supprimer 65 équivalents temps plein. Une décision qui suscite des interrogations auprès des syndicats, qui s'interrogent notamment sur la manière dont l'entreprise pourra rester viable avec six avions seulement. Lorsque les représentants du personnel questionnent la direction à ce propos, "on nous répond qu'il faut encore analyser cela. Mais cela doit avoir déjà été fait vu que c'est comme ça qu'elle a décidé du nombre de licenciements", s'insurge Vicky Hendrick.

"On a très bien perçu que la direction a déjà la tête à Paris", enchaîne Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE. "Nous lui avons rappelé qu'elle doit se préoccuper du personnel qui reste en Belgique ! Nous voulons de la clarté au plus vite sur l'avenir de l'activité à Liège."

La syndicaliste Vicky Hendrik appelle la direction à respecter la procédure belge qui encadre les licenciements collectifs, dite "procédure Renault". Elle inclut notamment des devoirs d'information. "Toutes les pistes doivent être soigneusement étudiées pour réduire le nombre de pertes d'emplois. L'entreprise est présente à Bruxelles : il faut envisager, sur base volontaire bien sûr, des reclassements sur l'aéroport de Zaventem", abonde M. Lebbe.

Sans changements de la part de la direction, le personnel pourrait embrayer sur des mouvements d'humeur, prévient Mme Hendrick.

Direction et syndicats se reverront le 6 octobre en matinée et le 26 octobre dans l'après-midi. La prochaine réunion du 6 octobre est déjà qualifiée de "dernière chance" par la secrétaire permanente CGSLB.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs