Accueil Monde Afrique

Paul Rusesabagina condamné à 25 ans de prison pour «terrorisme»: Sophie Wilmès dénonce un procès inéquitable

Paul Rusesabagina a été rendu célèbre par le film « Hotel Rwanda », qui a raconté comment ce Hutu modéré a sauvé plus de 1.000 personnes durant le génocide de 1994.

Temps de lecture: 3 min

Paul Rusesabagina, ancien hôtelier dont l’histoire a inspiré le film « Hôtel Rwanda » et devenu un féroce critique du régime rwandais, a été condamné lundi à 25 ans de prison après avoir été reconnu coupable de « terrorisme ».

La prison à vie avait été requise, mais le tribunal a décidé « de réduire sa peine à 25 ans », a déclaré la juge Beatrice Mukamurenzi, au sujet de l’ancien directeur de l’hôtel des Mille Collines jugé pour son soutien au Front de libération nationale (FLN), groupe rebelle accusé d’avoir mené des attaques meurtrières au Rwanda en 2018 et 2019.

Sophie Wilmès (MR), ministre des Affaires étrangères, a réagi lundi à la suite du verdict du procès. D’après la ministre, Paul Rusesabagina n’a pas bénéficié d’un procès juste et équitable. Elle rencontrera son homologue rwandais cette semaine.

« Malgré les appels répétés de la Belgique à ce sujet, force est de constater que M. Rusesabagina n’a pas bénéficié d’un procès juste et équitable ; particulièrement en ce qui concerne les droits de la défense », a indiqué dans un communiqué la ministre, estimant que « la présomption d’innocence n’a pas été respectée », et que « ces éléments de facto remettent en question le procès et le jugement ».

« Enlèvement »

Les Etats-Unis, qui lui ont décerné la médaille présidentielle de la liberté en 2005, le Parlement européen et la Belgique, dont il est ressortissant, avaient également exprimé leurs préoccupations sur les conditions de son arrestation et l’équité du procès.

Dans un interview début septembre, le président rwandais Paul Kagame avait répondu aux critiques, assurant que Paul Rusesabagina serait « jugé aussi équitablement que possible ».

Ce procès « n’a rien à voir avec le film (ni) avec son statut de célébrité », avait-il affirmé : « Il s’agit des vies de Rwandais perdues à cause de ses actions et à cause des organisations auxquelles il appartenait ou qu’il dirigeait ».

Paul Rusesabgina est depuis plus de 20 ans un virulent opposant à Paul Kagame, qu’il accuse d’autoritarisme et d’alimenter un sentiment anti-Hutu. Il vivait depuis 1996 en exil aux Etats-Unis et en Belgique, avant d’être arrêté à Kigali en 2020 dans des circonstances troubles, à la descente d’un avion qu’il pensait à destination du Burundi.

Le gouvernement rwandais a admis avoir « facilité le voyage » vers Kigali, mais affirmé que l’arrestation était « légale » et que « ses droits n’ont jamais été violés ».

Les cinq mois de procès ont vu des témoignages contradictoires sur son rôle. Un porte-parole du FLN a déclaré qu’il n’avait « pas donné d’ordres aux combattants du FLN ». Un autre coaccusé a, lui, affirmé que tous les ordres venaient de lui. Sa notoriété hollywoodienne avait suscité des critiques. Certains survivants des Mille Collines lui reprochent notamment de tirer profit de leur malheur et d’avoir embelli son rôle dans le sauvetage de plus de milliers.

Il avait également utilisé sa célébrité pour donner un écho mondial à ses positions de plus en plus virulentes contre le régime de Paul Kagame, ce qui lui vaut des attaques de partisans du régime.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Claude , lundi 20 septembre 2021, 18:37

    C'est très nébuleux... j'espère que l'intéressé aura droit à une chambre de rappel ou de cassation in fine!

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs