Accueil Société

Militaires en prison, comme en rue: «Du gaspillage»

Ils sont finalement une quarantaine à avoir été réquisitionnés pour assurer la surveillance à Lantin, Saint-Gilles et Forest. Le politologue belge Joseph Henrotin pointe un gaspillage de capacités et d’argent.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

Joseph Henrotin est un politologue belge, formé à l’ULB, spécialiste des questions de défense. Il est chargé de recherche à l’Institut de stratégie comparée (ISC), au Centre d’analyse et de prévention des risques internationaux (CAPRI) et chercheur associé à l’Institut français des relations internationales (tous trois à Paris). Il est aussi rédacteur en chef de « Défense & Sécurité Internationale ». Pour lui, placer des militaires dans les prisons, comme en rue d’ailleurs, se résume surtout à un grand gaspillage…

J oseph Henrotin, vous êtes expert dans les questions de défense. La place des militaires est-elle bien dans les prisons, pour donner leurs repas et leurs douches aux détenus ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs