Accueil Monde Afrique

Affaire Paul Rusesabagina: le Rwanda annule son entretien avec Sophie Wilmès

Sophie Wilmès avait affirmé lundi que l’ancien directeur de l’hôtel des Mille Collines n’avait pas bénéficié d’un procès équitable.

Temps de lecture: 3 min

Le Rwanda a annulé une rencontre prévue cette semaine à New York avec la ministre belge des Affaires étrangères Sophie Wilmès (MR) pour protester contre les critiques de cette dernière après la condamnation du Belgo-Rwandais Paul Rusesabagina, le héros du film « Hotel Rwanda », qui a écopé de 25 ans de prison lundi à Kigali pour terrorisme.

Sophie Wilmès avait affirmé lundi que l’ancien directeur de l’hôtel des Mille Collines, condamné pour avoir soutenu le Front de libération nationale (FLN), groupe rebelle auquel sont imputées des attaques meurtrières au Rwanda en 2018 et 2019, n’avait pas bénéficié d’un procès équitable, une critique partagée par d’autres puissances occidentales, dont les États-Unis.

Les déclarations de la cheffe de la diplomatie belge « reflètent le mépris affiché par le gouvernement du Royaume de Belgique pour le système judiciaire rwandais depuis le début de ce procès, en dépit de la contribution significative d’autorités belges compétentes à l’enquête sur ce dossier », ont indiqué les Affaires étrangères rwandaises dans un communiqué.

La Justice belge a mené certains devoirs d’enquête dans ce dossier, en collaboration avec les autorités rwandaises, comme des perquisitions, inspections des téléphones et de documents comptables, indiquait lundi Le Soir. Pour la diplomatie rwandaise, « les victimes des actes terroristes du FLN, certes moins célèbres, ont tout autant de droit à la Justice que M. Rusesabagina et ses co-accusés ».

Malgré l’annulation d’une rencontre bilatérale prévue cette semaine à New York avec Mme Wilmès, en marge de l’assemblée générale de l’ONU, « le gouvernement du Rwanda reste disposé à accueillir au Rwanda la vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères du Royaume de Belgique à un moment opportun, afin de poursuivre le dialogue entre les deux pays », nuance Kigali.

Paul Rusesabagina, 67 ans, a été rendu célèbre par le film « Hotel Rwanda » sorti en 2004, qui a raconté comment ce Hutu modéré a sauvé plus de 1.000 personnes réfugiées dans son établissement durant le génocide de 1994 qui a fait 800.000 morts, principalement des Tutsis.

Il est aussi un des plus virulents opposants à Paul Kagame, et a utilisé sa notoriété hollywoodienne pour donner un écho mondial à ses positions contre le régime. Il vivait depuis 1996 en exil aux États-Unis – où il est détenteur d’une « carte verte » – et en Belgique, avant d’être arrêté à Kigali en 2020 dans des circonstances troubles, à la descente d’un avion qu’il pensait à destination du Burundi.

Les États-Unis, qui lui ont décerné la médaille présidentielle de la liberté en 2005, se sont dits « préoccupés » lundi par cette condamnation. « L’absence de garanties d’un procès juste remet en cause l’équité du verdict », a indiqué le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.

Sa famille, qui n’a cessé de clamer son innocence, a également condamné ce verdict, estimant qu’étant donné son état de santé, cela équivalait à une « condamnation à mort ».

À lire aussi Rwanda: Paul Rusesabagina condamné à 25 ans de prison

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs