Accueil Monde Union européenne

L’Allemagne de Merkel: Dessau ou le désert allemand

Dans l’ancienne RDA, d’où vient Angela Merkel, la chute démographique se poursuit. Dessau, la ville de l’école du Bauhaus, a perdu 25 % de sa population depuis l’arrivée de la chancelière au pouvoir.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le « Kristallpalast » est abandonné au milieu de la ville. L’ancienne salle de bal, où les jeunes de l’ex-Allemagne de l’Est venaient danser, reste tout juste un objet de curiosité. Elle fait partie des séries photos dans les journaux sur la « poétique des ruines ». Un vestige du temps passé.

Les jeunes ne dansent plus à Dessau. Ils sont partis à l’ouest de l’Allemagne mais aussi en Autriche, en Suisse, ou plus loin encore, aux Etats-Unis, attirés par des salaires beaucoup plus élevés et par une vie plus palpitante.

En 1990, la population de l’ancienne RDA était la plus jeune de l’Allemagne réunifiée. Elle est aujourd’hui l’une des plus âgées d’Europe. « Dans ces régions, l’émigration fait plus peur que l’immigration », résume Hans Vorländer, politologue de l’université TU de Dresde et directeur du Forum « Migration et Démocratie » (Midem).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Lespagnard Frans, jeudi 23 septembre 2021, 20:30

    La Roumanie a plutôt perdu 15% de sa population depuis 1988 et les Pays Baltes, 25 %.....des pays qui , avec la Bulgarie , risquent de s’effacer.

  • Posté par Baillieux Claude, jeudi 23 septembre 2021, 20:15

    Le bilan final de Merkel est pitoyable, les media ont vendu une image de Merkel bien eloignee de la realite. Merci aux specialistes de la communication! Mais la realite l a ratrappee! Pas besoin de renumerer ici les desastres.

Aussi en Union Européenne

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs