Accueil Opinions

A propos d’un racisme inversé

Les idées du mouvement « Les indigènes de la République » essaiment peu à peu.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Ce sont des colonisés de l’intérieur. Vivant, malgré eux, dans un pays qu’ils récusent. Chez l’ennemi en quelque sorte. S’y intégrer s’apparenterait donc, à leurs yeux, à une trahison, car les guerres de libération se poursuivent sous d’autres formes. Guerres de races quasiment assumées par ce mouvement, créé il y a une quinzaine d’années, qui s’intitule « Les indigènes de la République », et dont les idées « sécessionnistes » essaiment peu à peu y compris aux franges de l’extrême gauche.

Le mot « race » vous fait bondir. Légitimement. Or, voilà ce que la responsable et porte-parole de ce mouvement, Houria Bouteldja, écrit dans un ouvrage qu’elle vient de publier «  j’appartiens à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l’Algérie, à l’islam !  ».

A tout, sauf à la France, sauf à l’humanité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Benoît Langhendries, mardi 10 mai 2016, 11:43

    Cette femme devrait être déchue de la nationalité française et expulsée vers le pays auquel elle jure allégeance : l'Algérie. Si le respect est du à ceux qui viennent chez-nous, il nous est tout autant du !

  • Posté par Eric Lavenne, mardi 10 mai 2016, 3:54

    Oui ,existent ,deux modes ;les harcelés deviennent harceleurs: et l'ostracisme appelle un ostracisme inverse du précédent Chacun d'entres nous devra t-il choisir son camp ? Si oui ,cela promet indubitablement !! Et encore une fois :la tendance 50% versus 50 % se renforce

Aussi en Opinions

Carte blanche Archivage: que racontent les «Uber Files» du fonctionnement de notre démocratie?

La sauvegarde de nos démocraties passe par la mise en place de règles claires de gestion de l’information et la préservation à long terme des processus et actions qui ont contribué à l’élaboration des décisions politiques. L’épisode des « Uber Files » nous montre que nous délaissons ce principe et permettons aux sociétés privées de nous dicter ce qu’il restera de notre histoire…

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs