Accueil Le direct Le direct économie

Pour Easyjet, le Royaume-Uni a "raté le coche" sur la reprise du trafic aérien

Le Royaume-Uni a "raté le coche" en ce qui concerne l'allègement des contraintes sur la reprise du trafic aérien, survenu après la saison estivale, a affirmé mardi l'une des dirigeantes de la compagnie britannique Easyjet.
Temps de lecture: 3 min

Le gouvernement britannique a allégé les restrictions touchant les voyages internationaux la semaine dernière. Il a notamment revu à la baisse sa liste "rouge" de pays considérés à haut risque de contaminations au Covid-19, qui impose aux voyageurs une coûteuse quarantaine à l'hôtel à leur retour au Royaume-Uni.

Les voyageurs vaccinés à destination de l'Angleterre n'auront bientôt plus besoin d'effectuer un test avant leur départ d'un pays qui ne figure pas sur la liste rouge. Fin octobre, le test PCR exigé au deuxième jour après l'arrivée sur le sol anglais sera remplacé par un test antigénique moins coûteux.

D'après la directrice commerciale d'Easyjet Sophie Dekkers, qui s'exprimait devant la commission parlementaire britannique aux Transports, les ventes ont progressé ce week-end dans la foulée de ces annonces, mais pas autant que lors de précédentes annonces "parce que nous avons raté [les vacances] d'été".

D'après elle, les vacances d'octobre seront "probablement la seule grosse possibilité pour les gens [de voyager] à court terme" et il y a "encore la question du test du 2e jour" après le retour au Royaume-Uni des voyageurs, qui d'après elle devrait être éliminé.

"Nulle part en Europe il n'y a de tels tests exigés", insiste-t-elle.

Les responsables des compagnies aériennes et aéroports interrogés par cette commission ont fait valoir l'impact massif de la pandémie sur le trafic, largement aggravé selon eux au Royaume-Uni par les changements successifs et soudains de règles sur les voyages imposées par le gouvernement britannique comparé à celles de l'Union européenne.

Le directeur général de l'aéroport d'Heathrow John Holland-Kaye a ainsi appelé au retour du "voyage sans frictions": "quand vous avez reçu deux doses de vaccin, vous pouvez vous attendre à recommencer à voyager normalement sans tous les tests et formulaires".

Les compagnies européennes bénéficient selon lui du marché intérieur européen, où les vols ont continué, et de plus de soutien financier de la part de certains gouvernements.

"Nous avons encore 54 pays sur la liste rouge, aucun autre pays européen n'impose des quarantaines forcées en hôtels", insiste pour sa part Colm Lacy, l'un des dirigeants de British Airways.

M. Lacy a rappelé que la compagnie membre du groupement IAG avait licencié quelque 10.000 personnes depuis le début de la pandémie et compte environ 30.000 employés actuellement. "Nous prévoyons moins de capacité de vol en 2022 qu'en 2019", a-t-il souligné.

Le directeur général de Gatwick Stuart Wingate a pour sa part souligné que la moitié de leurs employés restants sont encore au chômage partiel.

Heathrow, qui était le premier aéroport européen avant la pandémie et n'est plus que le 10e environ aujourd'hui, a pour sa part dit avoir dû procéder à quelque 7.500 licenciements secs à cause de la pandémie, selon son patron.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Direct économie

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs