Accueil

Le rebond

Analyse.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Il n’y a pas à revenir là-dessus : les inondations de juillet sont d’abord un drame épouvantable pour les populations concernées et une catastrophe pour d’innombrables communes, commerces ou entreprises qui ont tout perdu dans les eaux en furie.

Dans ces conditions, à peine deux mois plus tard, il semble incongru, voire déplacé, d’imaginer que cet événement meurtrier et dévastateur pourrait nous servir de leçon, nous ouvrir les yeux sur nos excès et nous pousser à changer des habitudes qui nous font courir à notre perte. Il faut gérer l’urgence et panser les plaies.

C’est pourtant cet espoir qui porte le discours de Philippe Henry, plus écologiste que jamais : il y aura un « après » les inondations. Les Wallonnes et les Wallons ont sans doute compris que ces flots ravageurs sont la conséquence d’un dérèglement climatique dont les populations de cette planète et leurs activités sont responsables.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs